La boucle est bouclée et un pas-de-géant vient d’être fait dans le monde du cacao. La Côte d’Ivoire et le Ghana, soit plus de 60 % de l’approvisionnement mondial en fèves, ont fixé d’un commun accord un nouveau prix minimum d’achat du cacao, $ 2 600 la tonne, pour la prochaine campagne principale 2019/20 qui démarre début octobre dans les deux pays. Une décision qualifiée d’historique par le patron du Cocobod ghanéen, Joseph Boahen Aidoo.

Les géants du cacao ont donc accepté de payer les fèves de cacao de la Côte d’Ivoire et du Ghana à $ 2 600. Ce nouveau prix est plus de $ 1 000 au-dessus des actuels prix bord champ et au-dessus des cotations sur les marchés à terme de Londres et de New-York. Une rémunération décente pour le travail des cacaoculteurs, a déclaré le patron du Conseil du café cacao de Côte d’Ivoire, Yves Koné. 



Rappelons que le prix garanti minimum actuel bord champ pratiqué en Côte d’Ivoire pour la campagne 2018/19 est de FCFA 750 le kilo, soit $ 1 290 la tonne, et au Ghana de 7 600 cedis soit $ 1 410. Quant aux marchés à terme, Londres a clôturé hier soir très fortement en hausse en réaction aux réunions d’Accra, respectivement à $ 2 366 et $ 2 541 la tonne sur l’échéance septembre.

En toute logique, la prochaine étape pour la Côte d’Ivoire et le Ghana serait de prendre leur part de la TVA perçue sur les prix des produtis finis vendus aux consommateurs, comme cela avait été évoqué à Berlin. Les pays producteurs mettraient alors un pied dans le marché de la consommation, en attendant qu’ils envisagent, le cas échéant, de prendre une part au capital des grands multinationales chocolatières.

Avec lebabi.net