Les patrons les mieux payés du CAC 40 : Carlos Ghosn chute

À peine arrivé, déjà premier. Bernard Charlès fait une entrée remarquée dans le classement des patrons profitant des rémunérations les plus faramineuses (comprenant salaire fixe, stock-options et actions de performances) du CAC 40.

Patrons, CAC, Carlos Ghosn, Bernard Charlès
Carlos Ghosn

Le Revenu révèle que le directeur général de Dassault Systèmes est le patron le mieux payé de France avec une rémunération totale d’environ 23 millions d’euros en 2018. Il est suivi par le milliardaire à la tête de l’empire du luxe Kering, François-Henri Pinault, qui a touché près de 12 millions d’euros. Une augmentation de taille alors qu’il avait “seulement” amassé 2,7 millions d’euros en 2017.

Lire aussi Sénégal : Macky Sall renouvelle sa confiance à El Hadji Diouf

L’Américain Dough Pferdehirt, directeur général de la société franco-américaine TechnipFMC depuis janvier 2017, complète le podium avec 11,3 millions d’euros. Le groupe est l’un des leaders mondiaux des technologies, systèmes et services pétroliers et gaziers.

Jean-Paul Agon, le PDG de L’Oréal, se positionne lui à la quatrième place avec 9,53 millions d’euros de rémunération. Le Français Jean-Marc Chery, à la tête du fabricant franco-italien de semi-conducteur STMicroelectronics, a gagné 9 millions d’euros.

Carlos Ghosn dégringole à la dernière place
Alors qu’il est à la tête de la première capitalisation boursière française avec LVMH, Bernard Arnault n’est “que” septième avec une rémunération d’environ 8 millions d’euros. Carlos Ghosn, qui était l’un des dirigeants les mieux rémunérés de France, dégringole maintenant à la dernière des 40 places avec une rémunération de 1,3 millions d’euros. Une chute évidemment liée à ses déboires avec la justice japonaise. Le conseil d’administration de Renault avait d’ailleurs recommandé aux actionnaires de rejeter la rémunération de son ex-PDG.

Lire aussi Togo : les musulmans s’activent pour le mois de Ramadan 2019

Au total, l’ensemble de ces rémunérations des salaires connaît une hausse moyenne de 5,8 %, à 4,94 millions d’euros. Une inflation très importante à mettre en relation avec les performances piteuses du CAC 40 en 2018 : – 11 % l’année dernière. Jamais depuis 2011 le principal indice boursier de Paris n’avait en effet connu une chute aussi importante. Ces rémunérations XXL sont malgré tout inférieures à celles des grands patrons de l’Union européenne – 5,5 millions d’euros en moyenne -, et largement derrière celles constatées pour les dirigeants nord-américains qui amassent en moyenne 17,31 millions d’euros.

 

Avec Capital

Plus d'articles
Plan International Togo recrute (11 septembre 2020)