Les pays membres de l’Autorité du Bassin de la Volta (ABV) se sont retrouvés à Lomé, ce mardi 30 juillet 2019.

Cette réunion vise à créer un cadre légal, clair et approuvé par tous les États membres pour réduire les problèmes liés à l’utilisation et gestion du bassin.



Lire aussi : Togo – Dunenyo Za : la 3ème édition placée sous le signe du vivre ensemble

« Nous ne voulons pas de problèmes entre les États. C’est pour cela qu’il est nécessaire de mettre sur pied un instrument de coopération qui lie les six pays membres », a indiqué M. Amidou Yonaba consultant à l’ABV.

Bien que la Volta, exploitée en commun par six pays, représente une importante ressource économique grâce à des activités telles que la pêche, elle demeure aussi une source de conflits en raison de sa gestion qui n’est suffisamment pas encadrée.

Lire aussi : Togo : dispositions à prendre face au nouveau mode opératoire des braqueurs

L’ABV, formée de six pays à savoir le Bénin, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, le Ghana, le Mali et le Togo, est chargée de veiller à la gestion rationnelle et intégrée du fleuve et œuvrer également pour la sauvegarde de son environnement et de son écosystème.