> >

Les revers du copier-coller architectural

Facebook
Twitter
WhatsApp

Les revers du copié-collé architecturalLe copier-coller architectural importé de l’Occident ou des pays n’ayant pas les mêmes réalités climatiques, territoriales ou traditionnelles que nos pays, ne pourra pas permettre à l’Afrique de répondre aux défis de l’urbanisation pour les prochaines années.

C’est justement cette situation qui a conduit l’Institut de la francophonie pour un développement durable (IFDD) à ouvrir depuis ce lundi 19 octobre à Lomé, une rencontre internationale sur la question des villes durables en Afrique.

Pendant cinq jours, la vingtaine d’architectes et urbanistes venus de 14 pays africains à travers échanges et partages, essayeront de trouver le juste milieu alliant explosion démographique, équilibre écologique en matière d’aménagement urbain, de la construction et du bâtiment dans les villes africaines tout en prenant en compte, les nouvelles sources d’énergie que sont les renouvelables.

C’est une formation particulièrement importante, puisqu’elle répond en termes de priorité dans l’agenda africain’, a expliqué le Président d’honneur du groupe Énergie 2050 et Expert en énergies renouvelables, M. Stéphane Pouffary.

L’Afrique est soumise à une urbanisation  extrêmement importante avec des bâtiments très souvent peu ou moins bien construits qu’ils ne pourraient (…) Mais tout cela, c’est de l’architecte copié souvent sur l’architecture des pays qui n’ont pas les mêmes particularités climatiques ni les réalités territoriales.’, a-t-il ajouté.