Les Togolais font un ‘Ayibobo’ pour Haïti

Elom 20ce sur scène ce samedi soir
Elom 20ce sur scène ce samedi soir

La culture étant l’une des choses les mieux partagées entre l’Afrique et les Caraïbes dont le Haïti entre autres, les artistes de la chanson, rappeurs et slameurs ont répondu présent à l’appel au secours de leurs frères haïtiens ce samedi 19 novembre à Lomé. C’était au cours de la soirée dénommée ‘Ayibobo pou Ayiti’. Une soirée de levée de fonds pour soutenir la communauté haïtienne secouée par le cyclone Matthew qui a touché le Sud du pays en octobre dernier. Elle est une initiative du Collectif Haïti-Togo en collaboration avec Horus.

« ‘Ayibobo’ veut dire ‘Alléluyah’ en créole  haïtien. Alleluyah pour Haïti  est une façon de célébrer Haïti malgré ses difficultés et célébrer la solidarité entre les Nations », a expliqué Béa Manigat, membre de l’Association Collectif Haïti-Togo, qui procède au recueil des dons afin de les acheminer vers les bénéficiaires haïtiens.

Béa Manigat de l’Association Collectif Haïti-Togo
Béa Manigat de l’Association Collectif Haïti-Togo

Pour cette soirée, deuxième d’une série de trois, ce sont les artistes comme Efy, Elom 20ce, Amétépé, Lord CarlOs, Bruno Voganne, Lynne et Kézita, entre autres, qui ont livré leur voix pour soutenir leurs frères haïtiens sur la scène du MixBar de Lomé à Nyékonakpoé.

Nous avons identifié un projet fiable et sérieux. C’est donc pour pouvoir faire les choses bien, que ces soirées de levée de fonds ont été organisées et cette manne contribuera, entre autres, à relancer l’agriculture et l’élevage dans les zones touchées, a-t-elle ajouté.

Notons que le bilan du passage du cyclone Matthew fait état de deux (2) millions de personnes touchées, 200.000 exploitations agricoles détruites avec une perte importante du bétail. Le rendez-vous est donc donné le samedi 26 novembre prochain à l’Espace Fil Bleu à Adinamoto pour poursuivre l’élan de solidarité de la communauté togolaise envers Haïti.

Plus d'articles
Togo / Accidents de route en période de fête : l’impact du couvre-feu