L’expérience de développement à la base de Tony Elumelu partagée avec l’administration Trump

Promoteur de la Fondation Tony Elumelu et Président de United Bank for Africa (UBA), Tony Elumelu était avec Jared Kushner, conseiller principal de Trump, l’invité spécial du gouvernement américain pour offrir la perspective africaine à l’occasion du lancement de la stratégie de croissance du gouvernement américain pour la Palestine et le Moyen-Orient, tenue le mercredi dernier à Manama dans le royaume de Bahreïn.

Lire aussi : Togo : Valentine Alvares s’engage aux côtés de Noukou

Aux côtés de Christine Lagarde, Directrice Générale du Fonds Monétaire International (FMI) et de Mohammed Al-Sheikh, ministre d’État et membre du Conseil des ministres du Royaume d’Arabie saoudite ainsi que des chefs d’État et autres dirigeants de la planète, Tony Elumelu a formulé des recommandations concrètes devant garantir à l’avenir la prospérité économique du peuple palestinien en se servant de ce qui se fait à sa Fondation éponyme comme un modèle reproductible pour l’autonomisation économique des jeunes hommes et femmes de Cisjordanie et de la Bande de Gaza.

Lire aussi : Bénin : l’ex-président Boni Yayi souffle sa 67e bougie loin de son pays

« Je viens d’Afrique, et la réalité est que nous avons beaucoup de similitudes avec le peuple palestinien, en particulier sur le plan démographique. Avec plus de 60% de sa population d’environ 5 millions d’habitants, âgés de moins de 30 ans, les jeunes Palestiniens ont besoin d’emplois, d’emplois et encore d’emplois! Sans emplois, il n’y aura économiquement pas d’espoir. Les grandes entreprises et le gouvernement ne peuvent pas à eux seuls fournir les emplois que nécessitent les pressions démographiques en Palestine. Nous avons besoin de PME et de start-ups pour faire face au chômage dans la région, créer des emplois et des opportunités dans les communautés locales afin que des millions de nos jeunes frères et sœurs palestiniens puissent être employés, engagés de manière significative et retrouver économiquement de l’espoir, ce qui les éloignera de l’extrémisme », a-t-il fait savoir.

Lire aussi : Un tonton décède sur sa servante, ses enfants et sa femme refusent d’organiser ses funérailles

L’investisseur et philanthrope de renom, qui a donné l’exemple par le biais de sa Fondation Tony Elumelu en dédiant 100 millions de dollars américains à l’autonomisation des jeunes entrepreneurs africains, a appelé les habitants du Moyen-Orient dotés de ressources financières à renforcer les capacités des jeunes Palestiniens et à s’impliquer davantage dans leur autonomisation.

« Au 21e siècle, nous ne pouvons plus continuer à compter sur les donateurs occidentaux pour aider à autonomiser nos propres peuples. Bien que nous puissions collaborer avec eux, nous devons nous mobiliser nous-mêmes et créer une plateforme où ils pourront s’associer à nous dans le cadre d’une action d’envergure, comme nous le faisons à la Fondation Tony Elumelu », a-t-il ajouté.

Lire aussi : Monnaie unique de la CEDEAO : le nom Eco validé ; le logo final divise les Etats

Pour résoudre le problème du chômage dans la région, Tony Elumelu a proposé la reproduction en Palestine du modèle unique d’autonomisation économique de sa fondation.

Chaque année, la Fondation Tony Elumelu identifie et autonomise les entrepreneurs dans les 54 pays africains avec un capital de démarrage non remboursable de 5 000 dollars chacun, un mentoring et une formation, et un accompagnement continu. Au cours des cinq dernières années, elle a apporté son appui à 7 520 jeunes Africains. Des opportunités dont besoin, selon le conférencier, les jeunes Palestiniens en vue de transformer la vie des individus, des familles, des communautés et des villes même s’il admet toucher, pour l’heure, qu’un bout de l’iceberg.

Plus d'articles
Trump persiste : « J’ai gagné l’élection » ; Twitter le signale