Libération des soldats ivoiriens : le Mali pose ses conditions

L’arrestation des soldats ivoiriens sur le territoire malien le 10 juillet dernier 2022 met à mal les relations diplomatiques entre le Mali et la Côte d’Ivoire.

Le président togolais, Faure Gnassingbé intervient dans cette crise pour concilier les deux parties pour une résolution à l’amiable. Cette première rencontre n’a permis d’aboutir à aucun résultat concret. Puisque la partie malienne a posé des conditions avant de remettre en liberté les soldats ivoiriens.

En effet, Bamako demande au moins deux choses selon RFI: que la Côte d’Ivoire exprime officiellement « des regrets », mais aussi que lui soit rendu « des ressortissants maliens », vivant en Côte d’Ivoire, ou simplement de passage, recherchés par la justice malienne.

En réponse, Abidjan a répondu « non » à ces demandes, justifiant notamment la deuxième par le principe de la séparation des pouvoirs législatif et judiciaire. A ce point, la médiation pour une sortie de crise semble désormais avoir du pain sous la planche pour convaincre les deux parties.

Similaires