Les élèves, âgés de 10 à 20 ans, auraient été surpris pendant leur sommeil par cet incendie d’origine indéterminée. Deux enseignants sont également décédés.

Lire aussi : Côte d’Ivoire : sanctions pour ceux qui ne veulent pas se faire vacciner



Un incendie d’origine indéterminée a causé la mort de 26 élèves et 2 enseignants d’une école coranique des environs de la capitale libérienne Monrovia dans la nuit du mardi 17 au mercredi 18 septembre, a indiqué la présidence. Les secours « ont indiqué au président qu’il y avait 28 victimes », a dit à l’Agence France-Presse Solo Kelgbeh, porte-parole du président George Weah qui s’est rendu sur place mercredi matin. « Elles ont entre 10 et 20 ans. Il y avait seulement deux adultes, deux enseignants », a-t-il précisé.

Les proches venus chercher des nouvelles de leurs enfants se pressaient mercredi matin autour du bâtiment de plain-pied jaune et vert qui renferme une école et un internat et dont la toiture en tôle a brûlé, a constaté un correspondant de l’Agence France-Presse. Les enfants ont été surpris pendant leur sommeil, a dit à l’Agence France-Presse Amadou Sherrif, un responsable de la communauté peule dans laquelle s’est produite le drame. Il a dit avoir été appelé sur place dans la nuit et avoir dénombré 37 enfants tués et 2 rescapés. Mais ce bilan n’a pas été confirmé par ailleurs.

Lire aussi : CPI : un nouveau client pour la procureure Fatou Bensouda

Le président George Weah s’est rendu sur les lieux à Paynesville, faubourg de Monrovia. « J’adresse mes prières aux familles des enfants qui sont morts la nuit dernière à Paynesville dans l’incendie qui a ravagé leur école », a tweeté le président libérien. « C’est un moment éprouvant pour les familles des victimes et pour tout le Liberia », a-t-il ajouté.

Avec Le Point