in ,

L’ignorance du diabète tue

Actuellement, dans le monde, il y a plus de 199 millions de femmes atteintes de diabète et ce total devrait augmenter à 313 millions d’ici 2040. Malheureusement, 50% des personnes atteintes de diabète ne le savent pas. La journée mondiale du diabète se veut donc une pause pour sensibiliser afin d’éradiquer ce mal toujours méconnu, le plus tôt possible.

La journée mondiale du diabète, lancée depuis le 14 novembre 1991 par la Fédération Internationale du Diabète (FID) et soutenue par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), est le symbole d’une mobilisation collective dont l’objectif est de mieux faire connaître le diabète, sa prise en charge et surtout les moyens de le prévenir.

Le diabète étant la 9ème cause de décès chez les femmes à l’échelle mondiale, le thème retenu cette année est « Les femmes et le diabète », un thème d’envergure capitale qui attire l’attention de tous, sur l’importance d’un accès abordable et équitable pour toutes les femmes atteintes de diabète ou à risque aux médicaments et technologies essentiels pour le diabète, à l’éducation à la gestion autonome et à l’information dont ils ont besoin pour bien gérer la condition et renforcer leur capacité pour prévenir le diabète de type 2.

Au Togo, la plateforme de Santé « Les Zopitaux et Moi » en collaboration avec l’association des Etudiants en Médecine et en Pharmacie du Togo (AEMP-TOGO) convient la population togolaise à une campagne de sensibilisation et de dépistage gratuit du Diabète.

Cette campagne aura lieu le samedi 18 novembre 2017 à partir de 7H 00 à la Blue Zone Cacaveli près du marché public de Cacaveli. Les conseils des professionnels de santé permettront au grand public de découvrir et de savoir identifier les risques au plus tôt, pour les prévenir et les maîtriser.




Fibre Nouveaux Quartiers


Ad Canal Box

9 jeunes entrepreneurs togolais ont reçu ce vendredi 17 novembre, pour le caractère novateur de leurs projets d’entreprise, une subvention du Programme de la promotion de l’entrepreneuriat des jeunes (PPEJ) d’un montant total de 15 millions de FCFA.

Vers une meilleure réinsertion