in

L’immense trou dans la couche d’ozone, au-dessus de l’Arctique, s’est refermé

Le Service de surveillance de l’atmosphère Copernicus a annoncé que l’immense trou formé dans la couche d’ozone s’est refermé.

Il s’agit du plus large jamais observé dans l’Arctique ; le trou de près d’un million de kilomètres carrés qui s’est formé en mars, s’est refermé tout seul. Ils avaient prévu sa disparition pour le mois avril.

Cette étoile qui « danse » autour d’un trou noir confirme la prévision d’Einstein d’il y a 100 ans

La publication sur Twitter du Service de surveillance atmosphèrique indique que le trou qui s’étendait de la baie d’Hudson au Canada jusqu’aux îles arctiques en Russie, s’est formé suite à un vortex polaire violent et non à cause de l’activité humaine.

Son apparition avait inquiété les scientifiques, car il était révélateur de l’état inquiétant de la planète.

Dans un communiqué publié par l’Agence spatiale européenne (ESA) de la mission Copernicus Sentinel-5P, un responsable avait confié que les scientifiques n’avaient jamais assisté à la formation de trous d’ozone de cette taille dans l’Arctique.

Des scientifiques prouvent la viabilité de micro-organismes sur Vénus et Mars

L’alerte sur l’épaisseur de la couche d’ozone au-dessus de l’Arctique a été donnée en mars alors que la diminution avait commencé au début de l’année.

Jusqu’à la mi-mars, les satellites indiquaient que les concentrations d’ozone dans la zone problématique n’étaient pas descendues en dessous de 240 unités Dobson ; puis le 14 mars, elles sont tombées à 205 unités, ce qui indiquait la formation d’un trou.



Coronavirus : cette nouvelle déclaration des chercheurs chinois inquiète les internautes

« Comme un zombie » : cet enfant a souffert de la maladie de Kawasaki soupçonnée d’être liée au coronavirus