L’ONU recrute (29 novembre 2018)

Intitulé publication:       Chef de la Section des initiatives sous-régionales, P5

Intitulé code d’emploi:  CHIEF OF SECTION, ECONOMIC AFFAIRS

Département / Bureau:  Commission économique pour l’Afrique

Lieu d’affectation:         RABAT

Période de candidature: 29 novembre 2018 – 12 janvier 2019

No de l’appel á candidature:  18-Economic Affairs-ECA-107782-R-Rabat (G)

Staffing Exercise :         N/A

Cadre organisationnel

Créée en 1958 par le Conseil économique et social de l’ONU comme l’une de ses cinq commissions économiques régionales, la Commission Economique pour l’Afrique (CEA) a pour mandat d’appuyer le développement socioéconomique de ses États membres, d’encourager l’intégration régionale et de favoriser la coopération internationale pour le développement de l’Afrique. Regroupant 54 États membres et agissant à la fois en tant qu’organisme régional des Nations Unies et en tant que composante clé du paysage institutionnel africain, la CEA est bien placée pour contribuer de façon exceptionnelle à la résolution des problèmes de développement du continent. Son objectif stratégique s’articule autour de la conception d’idées et d’actions en faveur d’une Afrique renforcée, inclusive et transformée, dans le cadre du Programme de développement durable à l’horizon 2030 (Programme 2030) et de l’Agenda 2063 de l’Union africaine, grâce à ses trois fonctions essentielles qui sont d’être un organe de réflexion, d’organiser des réunions et de mener des opérations.

Le mandat du Bureau sous-régional est de renforcer les capacités des États membres en vue d’élaborer des plans et politiques fondés sur les faits pour soutenir la transformation socioéconomique de l’Afrique du Nord. Afin de remplir ce mandat, le Bureau sous-régional contribue aux travaux de recherche de la CEA sur les orientations à suivre, assure la promotion de leurs résultats, en facilitant le travail en réseau et l’échange d’informations parmi les acteurs du développement de la région. Un accent particulier est mis sur l’analyse du développement économique et social axée sur l’emploi, en ce qui concerne notamment les femmes et les jeunes, les politiques macroéconomiques et la gouvernance et les dynamiques d’intégration régionale, le développement durable, la gestion durable des ressources naturelles, la sécurité alimentaire, l’innovation, la collecte de données et la gestion des connaissances.

Image d’illustration

Le Bureau sous-régional en Afrique du Nord dessert les pays suivants : Algérie, Égypte, Libye, Maroc, Mauritanie, Soudan et Tunisie.

Ce poste est à pourvoir au Bureau sous-régional de la CEA en Afrique du Nord, sis à Rabat. Le titulaire travaille sous la supervision directe du Directeur du Bureau sous-régional (D-1), et sous la supervision générale du Secrétaire exécutif adjoint (programme).

Responsabilités

Dans les limites des pouvoirs qui lui sont délégués, le chef de section s’acquitte des fonctions ci-après :

Analyse économique et sectorielle

  • Diriger l’élaboration, l’organisation et la gestion des programmes d’analyse économique prescrits et l’élaboration de stratégies politiques et actions éventuelles en matière économique aux fins de leur adoption par les pays partenaires, ou concourir à cette entreprise.
  • Diriger les activités visant à recenser les questions de développement nouvelles ou naissantes pouvant intéresser les États membres en Afrique du Nord, en particulier celles qui revêtent un caractère régional, ou concourir à cette entreprise, et concevoir et élaborer les programmes correspondants.
  • Superviser une équipe d’économistes affectés à cette tâche.
  • Faire établir des études et des analyses économiques qui ne peuvent être effectuées en interne.
  • Concevoir, planifier et diriger des réunions d’experts, des séminaires et des rencontres analogues de nature à permettre de mettre au point les produits de l’unité de travail.
  • Mettre la dernière main aux rapports sur le développement pour publication par la CEA.
  • Rédiger des discours à l’intention des responsables et faire des exposés sur les questions économiques à l’intention de spécialistes ou de non-spécialistes.

Appui intergouvernemental

  • Fournir directement un appui fonctionnel concernant les questions de développement aux organes intergouvernementaux (comme le Comité intergouvernemental d’experts ou la Conférence des ministres), en fournissant des avis stratégiques et des orientations techniques et en aidant à dégager un consensus.
  • Gérer la contribution de l’unité de travail à la préparation et la conduite des réunions des organes intergouvernementaux.
  • Représenter la CEA à des réunions internationales, régionales et nationales sur les questions de développement.

Coopération technique et services consultatifs

  • Tisser et entretenir des relations avec des hauts responsables des gouvernements des États membres en Afrique du Nord et répondre rapidement aux demandes d’avis ou d’assistance sur les questions et les politiques économiques.
  • Organiser et coordonner la coopération entre les États membres, axée sur la coopération Sud-Sud et triangulaire, concernant les programmes et les enjeux économiques.
  • Diriger des missions de coopération technique ou des missions consultatives ou participer à ces missions.

Appui aux programmes

  • Assurer la direction de l’unité de travail sous-régionale sur les initiatives.
  • Concourir à établir le plan à moyen terme, le programme de travail et le budget de l’unité, à la mobilisation de ressources extrabudgétaires en interaction avec les donateurs et les partenaires de développement, et participe à la formulation du programme de travail général de l’Organisation et autres tâches semblables..
  • S’occuper de diverses questions administratives intéressant le Bureau sous-régional en Afrique du Nord en tant que contribution aux rapports, plan stratégique, etc. de l’Organisation.
  • S’acquitter d’autres tâches connexes selon que de besoin.

Ce travail suppose des contacts fréquents avec :

  • Le personnel de l’unité de travail sous-régionale sur les initiatives, le personnel des bureaux sous-régionaux et du siège de la CEA.
  • Le personnel dans l’ensemble de l’Organisation, plus particulièrement du Département des affaires économiques et sociales, du Groupe des Nations Unies pour le développement, des équipes de pays des Nations Unies et d’autres commissions régionales.
  • Les hauts fonctionnaires d’autres organismes des Nations Unies et des banques de développement régionales ou internationales.
  • Les hauts responsables des missions, des délégations, des gouvernements, des milieux universitaires et des institutions de recherche des États membres.

Résultats escomptés

Superviser l’élaboration et la production d’analyses judicieuses et d’avis de politique générale concrets pour s’attaquer aux problèmes de développement des États membres en Afrique du Nord dans le cadre de l’approche continentale. Travailler de manière indépendante, en ne sollicitant les conseils du superviseur qu’en cas de nécessité. Fournir des conseils au personnel sous sa responsabilité et en diriger l’action.

Compétences

  • Professionnalisme :

Aptitude avérée à appliquer les théories et les concepts à différents secteurs du développement économique durable. Capacité de mener des recherches indépendantes sur des sujets économiques, de déterminer la pertinence, la validité et l’exactitude des données fournies par différentes sources. Capacité d’élaborer des politiques économiques et de formuler des recommandations sur leur mise en œuvre. Tirer fierté de son travail et de ses réalisations¿; faire preuve de compétence professionnelle et de maîtrise du sujet¿; apporter à l’exécution de ses tâches la conscience et le souci d’efficacité voulus pour être en mesure d’honorer les engagements contractés, de tenir les délais impartis et d’obtenir les résultats escomptés¿; agir pour des motifs professionnels plutôt que personnels¿; persévérer face aux obstacles et aux difficultés¿; garder son calme dans les situations de crise. Prendre la responsabilité de prendre en compte la problématique femmes-hommes et d’assurer l’égale participation des femmes et des hommes dans toutes les activités.

Aptitude à planifier et à organiser :

Définir des buts compatibles avec les stratégies convenues¿; hiérarchiser les activités et tâches prioritaires¿; modifier les priorités en fonction des besoins¿; prévoir suffisamment de temps et de ressources pour mener sa tâche à bien¿; tenir compte des risques et des imprévus dans la planification¿; suivre l’exécution des plans et les modifier s’il y a lieu¿; tirer le meilleur parti du temps dont on dispose.

Sens des responsabilités :

Assumer toutes ses responsabilités et honorer ses engagements¿; livrer les produits dont on a la responsabilité dans les délais et les coûts prévus, en se tenant aux normes de qualité¿; se conformer aux règles et procédures de l’Organisation¿; soutenir ses subordonnés, les encadrer et assumer la responsabilité des tâches qui leur sont déléguées¿; prendre personnellement la responsabilité de ses propres erreurs et, le cas échéant, de celles de son service.

Qualités de chef :

Servir de modèle à son entourage¿; armer chacun des membres de son équipe des atouts nécessaires pour atteindre les objectifs visés¿; s’employer avec dynamisme à mettre au point les stratégies opérationnelles requises¿; établir et entretenir des relations très diverses afin de comprendre les besoins et de s’assurer des appuis¿; prévoir les conflits et s’efforcer de les résoudre à l’amiable¿; s’investir dans le changement et le progrès¿; ne pas se satisfaire du statu quo¿; avoir le courage de prendre des positions impopulaires. Diriger et prendre la responsabilité de prendre en compte la problématique homme-femme et d’assurer l’égale participation des femmes et des hommes dans toutes les activités¿; s’engager en faveur d’une représentation équilibrée des sexes dans le choix du personnel et avoir une excellente connaissance de stratégies à mettre en œuvre pour ce faire.

Suivi du comportement professionnel :

Déléguer les pouvoirs, l’autorité et la compétence requis à ses subordonnés; veiller à ce que les rôles, les responsabilités et la chaîne hiérarchique soient clairs pour tous; estimer avec précision le temps et les ressources nécessaires pour accomplir une tâche et tirer le meilleur parti des compétences ; suivre l’avancement du travail au regard des échéances; s’entretenir régulièrement avec ses subordonnés des résultats qu’ils obtiennent, leur faire savoir comment leur apport est perçu et leur donner les conseils nécessaires; encourager le risque et soutenir la créativité et l’initiative ; appuyer activement les aspirations professionnelles de ses collaborateurs ; faire preuve de justice dans la notation.

Formation

Diplôme universitaire du niveau du Master ou du Doctorat dans le domaine de l’économie ou dans toute autre discipline apparentée. À défaut, un diplôme de premier cycle, assorti de deux années d’expérience pertinente, pourra être accepté.

Expérience professionnelle

Au moins dix années d’expérience, à des niveaux de responsabilité de plus en plus élevés, dans la recherche et l’analyse économiques, la formulation de politiques et l’application des principes économiques aux programmes de développement ou dans un domaine connexe. Une expérience dans le domaine de la transformation structurelle, sociale et économique dans le contexte de l’Afrique est souhaitable. Des publications sur les questions de développement économique et social constituent un atout. La maîtrise des progiciels statistiques et économétriques (par exemple, Stata, SAS, SPS, E-Views) et la capacité à effectuer des modélisations économiques, comme en témoigne le niveau de connaissance et de maîtrise d’outils spécialisés (par exemple, GTAP, GAMS et RATS), constituent un avantage certain.

Connaissances linguistiques

L’anglais et le français sont les langues de travail du Secrétariat de l’ONU. La maitrise de l’une des langues de travail du Secrétariat de l’ONU, l’anglais ou le français (à l’oral et à l’écrit) est exigée, la connaissance de l’autre est souhaitable. La connaissance de l’arabe est un atout.

Méthode d’évaluation

Les candidats qualifiés pourront être invités à participer à une évaluation et à un entretien axé sur les compétences.

Notice spéciale

Le Secrétariat de l’Organisation des Nations Unies tenant à ce que son personnel comprenne autant de femmes que d’hommes, les candidatures de femmes sont fortement encouragées.

Pour ce poste, les personnes originaires des États Membres suivants, qui sont non représentés ou sous-représentés au Secrétariat de l’ONU au 30 septembre 2018, sont vivement encouragés à faire acte de candidature : Afghanistan, Andorre, Angola, Antigua-et-Barbuda, Arabie saoudite, Bahreïn, Bélarus, Belize, Brésil, Brunéi Darussalam, Cabo Verde, Cambodge, Chine, Chypre, Comores, Dominique, Émirats arabes unis, États fédérés de Micronésie, États-Unis d’Amérique, Fédération de Russie, Gabon, Grenade, Guinée équatoriale, Guinée-Bissau, Îles Marshall, Îles Salomon, Indonésie, Japon, Kiribati, Koweït, Lesotho, Libéria, Libye, Liechtenstein, Luxembourg, Monaco, Mozambique, Nauru, Norvège, Oman, Palaos, Papouasie-Nouvelle-Guinée, Qatar, République arabe syrienne, République bolivarienne du Venezuela, République centrafricaine, République de Corée, République démocratique populaire lao, République islamique d’Iran, République populaire démocratique de Corée, Saint-Vincent-et les Grenadines, Sainte-Lucie, Samoa, Sao Tomé-et-Principe, Soudan du Sud, Suriname, Thaïlande, Timor-Leste, Turkménistan, Tuvalu, Vanuatu.

Les fonctionnaires sont soumis à l’autorité du Secrétaire général, qui décide de leur affectation. Au fil de leur carrière, ils sont censés changer de fonctions périodiquement, conformément aux règles et procédures en vigueur.

Pour pouvoir poser leur candidature, les fonctionnaires du Secrétariat doivent avoir à leur actif le nombre requis de mutations latérales ou géographiques, lesquelles seront indiquées dans la notice personnelle et la lettre de couverture.

Des antécédents impeccables du point de vue de l’intégrité et du respect des règles déontologiques sont indispensables.

Charte des Nations Unies

Aux termes du paragraphe 3 de l’Article 101 de la Charte des Nations Unies, la considération dominante dans le recrutement du personnel doit être la nécessité d’assurer à l’Organisation les services de personnes possédant les plus hautes qualités de travail, de compétence et d’intégrité. Aucun candidat ne sera pris en considération par l’ONU s’il s’est rendu coupable de violation du droit international des droits de l’homme ou du droit international humanitaire, d’exploitation sexuelle, d’atteinte sexuelle ou d’infraction autre qu’une infraction mineure au code de la route, ou s’il existe des motifs raisonnables de croire que le candidat a été impliqué dans la commission de l’un de ces actes. L’expression « exploitation sexuelle » désigne le fait de profiter ou de tenter de profiter d’un état de vulnérabilité, d’un rapport de force inégal ou de rapports de confiance à des fins sexuelles, y compris mais non exclusivement en vue d’en tirer un avantage pécuniaire, social ou politique. L’expression « atteinte sexuelle » désigne toute intrusion physique à caractère sexuel commise par la force, sous la contrainte ou à la faveur d’un rapport inégal, ou la menace d’une telle intrusion.

Sera dûment prise en considération l’importance d’un recrutement effectué sur une base géographique aussi large que possible. Aucune restriction ne sera imposée par l’Organisation à l’accès des hommes et des femmes, dans des conditions égales, à toutes les fonctions, dans ses organes principaux et subsidiaires. Le Secrétariat de l’Organisation des Nations Unies est un espace non-fumeurs.

Les candidats sont invités à respecter scrupuleusement toutes les instructions disponibles sur la plateforme de recrutement en ligne Inspira. Pour des informations plus détaillées, ils ou elles peuvent consulter le manuel d’instructions pour le candidat, en cliquant sur le lien hypertexte « Manuels » sur le côté supérieur droit de la page d’accueil de leur compte Inspira.

Les candidatures feront l’objet d’une évaluation et d’un examen préalables sur la base des informations soumises conformément aux critères d’évaluation de l’avis de vacance de poste et aux dispositions législatives internes applicables de l’Organisation des Nations Unies, notamment la Charte des Nations Unies, les résolutions de l’Assemblée générale, le Statut et le Règlement du personnel, les textes administratives et les directives. Les candidats doivent fournir des informations exhaustives et précises conformément aux instructions fournies sur la plateforme Inspira. Une fois la candidature envoyée, aucune modification, suppression ou révision, ni aucun ajout ou changement ne pourra être fait. Il sera procédé à une vérification des références des candidats faisant l’objet d’une attention particulière pour s’assurer de l’exactitude des renseignements qu’ils ont fournis dans leur candidature.

Les avis de vacance de postes publiés sur le Portail des carrières sont retirés à 11:59 p.m. (heure de New York), le jour de la date limite de dépôt des candidatures.

Aucun frais de dossier

L’ONU NE PERÇOIT DE FRAIS À AUCUN STADE DU RECRUTEMENT (DÉPÔT OU TRAITEMENT DE LA CANDIDATURE, ENTRETIEN, FORMATION, ETC.), ET ELLE NE DEMANDE AUCUNE INFORMATION BANCAIRE.

Plus d'articles
Togo / Juliano : l’artiste lance le #AvoundeVideoChallenge