> >

M. Octave Nicoué Broohm, Ministre de l’E.S.R.

Partager l'article

Facebook
Twitter
WhatsApp

Cette année académique 2013-2014 qui tire à sa fin,  a en plus de l’apaisement sur nos campus universitaires publics, été  marquée par de grandes réformes et des innovations majeures dans le fonctionnement des universités et toute une panoplie  de mesures visant une adéquation formation/emploi pour les étudiants.

Son Excellence, le Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, M. Octave Nicoué Broohm est l’invité de ce  numéro spécial de L-FRII, l’Avis d’un Expert pour partager avec nous ces avancées  et les perspectives d’avenir de l’enseignement supérieur au Togo.

 

L-FRII : M. le Ministre Bonjour.

M. Octave Nicoué Broohm : ‘’ Bonjour chers amis étudiants, bienvenus au Ministère de  l’Enseignement Supérieur et de la Recherche’’

 

L-FRII : M. le Ministre, nous notons avec surprise, une sérénité  sur nos campus universitaires aussi bien à Lomé qu’à Kara au cours de l‘année académique 2013-2014 comparativement aux années précédentes.

Quelles ont été les actions entreprises pour en arriver à une telle situation ?

M. Octave Nicoué Broohm : ‘’ Tout d’abord, il était manifeste que les perturbations qui avaient lieu sur nos différents campus étaient dues à un fourvoiement de certains étudiants  qui méprisent leur intérêt premier qui est celui de s’engager pour avoir une formation et un encadrement de qualité. La plupart du temps, ce sont ces étudiants qui manifestaient pour des raisons de survies qui ne sont pas la vocation première des universités.

Nous avons dû expliquer les efforts entrepris par le gouvernement pour accompagner et assister les étudiants qui sont méritants et qui pour des raisons de pauvreté n’avaient pas les moyens pour poursuivre leurs études supérieures. Les allocations dites de ‘secours’, versées par le gouvernement en témoignent.

Je pense que la majorité des étudiants a compris cela et nous sommes restés en discussion constante avec eux sur les différentes questions de préoccupation. Ils ont pu constater les progrès et améliorations sensibles à ces niveaux.

Le gouvernement s’engagera à faire toujours mieux en fonction des ressources mobilisées pour accompagner les étudiants.’’

 

L-FRII : M. le Ministre, cette année est  marquée par de grandes réformes et des innovations majeures notamment le vote de la loi portant statut des universités publiques et la suppression de la Chancellerie des Universités.

Quelle lecture peut-on faire de cette attention particulière du gouvernement envers l’Enseignement Supérieur et la Recherche ?

M. Octave Nicoué Broohm : ‘’ C’est un intérêt marqué qui tient de la volonté du Chef de l’Etat et de l’ensemble du gouvernement pour faire en sorte que notre jeunesse qui constitue la majorité de la population soit réellement outillée pour porter le processus de développement de notre pays. Ceci ne peut se faire que par des jeunes qui sont éduqués et qui comprennent les enjeux pour combler les lacunes qui sont au niveau des ressources humaines.

Ces réformes au niveau institutionnel, académique et pédagogique visent à doter les universités d’un meilleur mode de gouvernance et à relever le niveau de la qualité de l’enseignement pour qu’elle soit en adéquation avec les besoins de notre pays.

Les universités disposent des experts dans plusieurs domaines, ces compétences pourront désormais être au service de nos communautés. Le système LMD (Licence-Master-Doctorat), exige des curricula de formation ayant un réel impact sur le marché de l’emploi. Il faut donc mettre en lien étroit le monde économique et le monde où les concepts et innovations sont produits (les universités NDLR) afin qu’ils évoluent de concert. Nos étudiants pourront donc être plus performants en fin de parcours universitaire pour qu’on ait une société avec les jeunes femmes et hommes épanouis.

Les universités n’ont pas démérité jusque-là, mais il faut qu’elles soient au diapason de l’évolution, des technologies et des standards internationaux actuels.’’

 

L-FRII : L’entrepreneuriat est le leitmotiv ces moments-ci pour permettre une insertion plus facile des nouveaux diplômés sur le marché de l’emploi. Quelles actions mènent le M.E.S.R. pour incruster cette idée dans l’esprit de nos étudiants ?

M. Octave Nicoué Broohm : ‘’ Depuis quelques années déjà, le gouvernement a multiplié une batterie de mesures face à la question de l’emploi pour que les jeunes puissent avoir plusieurs options. L’une des mesures phares pour régler le problème du sous-emploi et du chômage est l’auto-emploi, l’entrepreneuriat.

De ce point de vue, il faut agir sur plusieurs paramètres dont celui de la formation. Il faut que les modules de formation puissent être en adéquation avec les besoins de la société pour que les formés puissent savoir les domaines dans lesquels ils doivent porter leurs projets entrepreneuriaux et avoir un bon rendement.

Il faut aussi sensibiliser les jeunes sur cette question et donc le M.E.S.R.  ne ménage aucun effort pour soutenir et outiller les jeunes pour l’option entrepreneuriale. C’est pour cette raison que depuis quelques années à l’endroit des étudiants, nous multiplions des foras, séminaires et rencontres basées sur la thématique de l’Entrepreneuriat.’’

 

L-FRII : ‘’ Dans le cadre des avancées et améliorations des conditions des étudiants des universités publiques du Togo, on peut noter entre autres l’accès gratuit à internet pour ces derniers et même les inscriptions qui se déroulent maintenant via internet.

Sommes-nous dans une dynamique de pérennisation de  l’épanouissement des étudiants ?’’

M. Octave Nicoué Broohm : ‘’ Internet et les nouvelles technologies font partie des évolutions majeures de notre monde. On ne peut plus étudier sans les intégrer et les mettre à disposition des apprenants.

Savoir manier et maîtriser ces outils fait partie des objectifs de la formation et est nécessaire pour le marché de l’emploi.

L’inscription en ligne a démarré l’année dernière avec quelques imperfections, mais je tiens à rassurer qu’elle sera plus fluide et plus performante cette année. Elle permettra non seulement de faciliter la vie aux étudiants, mais aussi de permettre à l’administration de pouvoir tenir dans le temps et ainsi assurer une bonne organisation de l’enseignement avec les prévisions qui y vont avec.

Rassurons-nous, les choses se feront de mieux en mieux pour le bien-être et l’épanouissement des étudiants et des acteurs du monde universitaire.’’

 

L-FRII : M. le Ministre Octave Nicoué Broohm, vous êtes en charge de la formation de la relève de notre pays. Quel message avez-vous pour la jeune élite ?

M. Octave Nicoué Broohm : ‘’ Je voudrais exhorter la jeunesse estudiantine et togolaise toute entière à faire confiance à leur pays. Les perspectives sont beaucoup mieux qu’hier, mais nous avons encore du chemin à faire. Il faut qu’on se retrousse les manches pour travailler pour que ce que nous désirons puisse être en partage pour tous et non juste pour une catégorie. Cela demande du travail et du courage. Ce que nous faisons aujourd’hui, ce sont les jeunes qui seront les premiers bénéficiaires demain. Donc engagez-vous pour qu’on puisse relever les défis qui restent à venir. Je vous remercie.’’

 

L-FRII : Merci M. le Ministre pour votre disponibilité et à bientôt.

2021 © L-FRII MEDIA