in ,

Maîtresse d’un homme marié : la série sénégalaise incontournable du moment

Disponible depuis 2019, Maîtresse d’un homme marié est la série à succès du moment au Sénégal et en Afrique francophone.  Créée par la journaliste et scénariste Kalista Sy, tournée en wolof, et sous-titrée en français, MHM raconte l’histoire de Marème, une jeune Sénégalaise qui entretient une relation avec l’homme marié qu’est Cheikh.

Financement de Sarkozy par Kadhafi : l’ex-président français devant les juges

La série produite par le groupe Marodi TV est diffusée sur la 2sTV, mais aussi sur YouTube. Elle aborde de multiples sujets sociétaux, pour le moins tabous au Sénégal, tels que la violence domestique, le mariage forcé, le viol ou la dépression.



Dans la saison 1, qui comporte une cinquantaine d’épisode, la série met en scène le quotidien de cinq femmes dans la société sénégalaise actuelle. Marème Dial parvient à ses fins en devenant la seconde épouse de Cheikh ; ce dernier étant le mari de Lalla Ndiaye, archétype de l’épouse traditionnelle. Djalika Sagna est une femme active, tant au travail que dans son foyer, devant faire face à la violence de Birame, son mari alcoolique. Dior Diop, sa meilleure amie, a été victime d’un mariage forcé. Enfin, Racky Sow est hantée par le souvenir d’un viol.

France : Emmanuel Macron s’adressera à la Nation le dimanche 14 juin

Dans la saison 2, qui compte 32 épisodes, six mois après le départ de Marème Dial Diagne, Cheikh Diagne, son mari, continue toujours de l’aimer. Lalla est enceinte et pense que cet enfant va sauver son mariage. De nouveaux personnages apparaissent : l’avocate Dalanda Lopez, son mari médecin, Tahirou Ndoye.

Sénégal : en plein conseil des ministres, Macky Sall prend une forte décision

Avec plus d’un million 500 mille vues en moyenne par épisode pour la saison 1, et 1,9 million de vue pour la saison 2, cette série est promise à un bel avenir. Dans un récent interview, Kalista Sy se réjouissait de l’accueil réservé à cette production. « Aujourd’hui, c’est une fierté de savoir que nous sommes capables, en tant qu’Africains, de créer des produits qui marchent. Oui, nous sommes capables de faire du contenu moderne, d’avoir une très belle direction artistique et un magnifique jeu d’acteurs », indiquait-elle.




Ad Banque Atlantique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Everton / Covid-19 : le staff et les joueurs favorables à une réduction de salaire

Lefa : son nouvel album ‘Famous’ sortira le 10 juillet (vidéo)