Mali : la colère du président IBK fait tomber des têtes dans l’armée

Un raid meurtrier samedi dans les villages d’Ogossagou et Welingara, principalement musulmans, dans le centre du Mali, a choqué une population déjà prise pour cible par des attaques et des représailles.

Mali : la colère du président IBK fait tomber des têtes dans l’armée
S.E.M. Ibrahim Boubacar Keita signant le cahier des condoléances

Les militants d’un groupe ethnique Dogon connu sous le nom de Dan Na Ambassagou ont été tenus pour responsables de nombreuses attaques au cours de l’année écoulée, notamment l’attaque de samedi.

Ces assauts sont survenus moins d’une semaine après qu’un groupe affilié à Al-Qaïda au centre du Mali a revendiqué l’attaque d’un poste de l’armée qui a coûté la vie à 23 soldats maliens.

Dimanche, le président malien, Ibrahim Boubacar Keita, a remplacé 11 commandants de l’armée, dont le chef d’état-major de l’armée, le général M’Bemba Moussa Keita, et le chef des forces terrestres, le général Abdrahamane Baby.

Lire aussi Tchad : vague de limogeages au sein de l’armée, les raisons

Le Premier ministre, Soumeylou Boubeye Maiga, a déclaré que le groupe ethnique Dogon Dan Nan Ambassagou avait été dissous et a ordonné de remettre les armes.

« La protection de la population restera le monopole de l’Etat », adéclaré Maiga.

En décembre dernier, Human Rights Watch avait averti que « les massacres de civils par des milices dans le centre et le nord du Mali étaient en train de devenir incontrôlables ».

Plus d'articles
Le temps est compté pour l’incivisme au Togo