in ,

Mali : le Colonel Assimi Goïta obligé de démissionner

Arrivé à la tête du Mali après le coup d’Etat d’août dernier, le Colonel Assimi Goïta, qui demeure vice-président de la Transition, pourrait être amené à démissionner.

C’est l’une des exigences de la Cédéao avant la levée des sanctions qui pèse sur le pays depuis la chute d’Ibrahim Boubacar Kéïta.

La CEDEAO attend la clarification de la Charte de transition pour lever les sanctions contre le Mali. “Il reste quelques petits détails au niveau de la Charte qui concernent les attributs du Premier ministre et du vice-président qui doivent être bien clarifiés”, a déclaré ce jeudi, le représentant du médiateur de la CEDEAO au Mali, M. Boly.

Avant cette déclaration, l’émissaire de la CEDEAO, Goodluck Jonathan, en tête-à-tête avec le président nigérian, Muhammadu Buhari, lundi 28 septembre 2020, a fait savoir que les chefs militaires maliens doivent encore satisfaire la demande de la CEDEAO d’un civil comme vice-président et quel serait son rôle au sein du gouvernement.

Ce poste est actuellement occupé par le président de la junte, Assimi Goita, qui a prêté serment, vendredi 25 septembre 2020, tout comme le président de la transition, le colonel à la retraite, Bah N’Daw.

Pour l’heure, Assimi Goita n’a encore émis de commentaires sur cette nouvelle déclaration de la CEDEAO. Va-t-il démissionner pour sauver le Mali de l’embargo de la CEDEAO ou tiendra-t-il tête à l’organisation sous-régionale ?, se demande Beninwebtv.



Saham Ad

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Un ambassadeur de France accusé par une femme d'avoir retiré son préservatif en plein rapport

Un ambassadeur de France accusé par une femme d’avoir retiré son préservatif en plein rapport

Royaume-Uni : la date de la décision de l’extradition de Julian Assange fixée