Mali / Transition Politique : la concertation nationale confirmée par la junte

Après une précédente annulation du processus relatif à la concertation nationale la semaine dernière, la junte militaire Malienne, vient de confirmer sa tenue le jeudi 3 Septembre 2020. L’information est venue du Comité national pour le salut du peuple au travers d’une très brève prise de parole. 

Mali : l’ex-président IBK sorti de clinique

 

Selon les confrères de RFI, le colonel Ismaël Wagué, porte-parole du CNSP, a confirmé que les concertations nationales auraient bel et bien lieu, et qu’elles commenceraient bien le samedi 5 septembre 2020, mais avec un format différent de celui qui était d’abord envisagé : les concertations débuteront samedi, non seulement à Bamako, mais également dans les capitales régionales du pays. Ce sont les gouverneurs qui auront la charge de diriger les travaux, des travaux qui ne dureront qu’une journée et auront pour objectif, selon les mots du colonel Wagué, de « valider les termes de références » de ces concertations.

Affaire Bygmalion : la date du procès de Nicolas Sarkozy fixée

« La concertation nationale sur la transition débutera le samedi 5 septembre 2020 à Bamako et dans les capitales régionales par la tenue d’un atelier de validation des termes de référence. La concertation nationale se poursuivra du 10 au 12 septembre 2020 avec la participation des délégués régionaux, nationaux et ceux de la diaspora. » En clair, tous les groupes convoqués, partis politiques, société civile, syndicats, groupes armés signataires de l’accord de paix, devront valider les objectifs des discussions à venir. Des objectifs qui concernent notamment la longueur de la période de transition, le caractère civil ou militaire des dirigeants, bref, tous les points sur lesquels les Maliens attendent d’être fixés depuis le coup d’Etat, il y a plus de deux semaines.

Sénégal : du Nitrate d’ammonium évacué du port de Dakar vers le Mali

 

Et ce n’est que du 10 au 12 septembre, donc de jeudi à samedi prochain, que les discussions à proprement parler commenceront, cette fois à Bamako, avec des délégués régionaux, nationaux, et des représentants de la diaspora.

Plus d'articles
Keyna Ipupa en danger ? : “Je peux mourir (…)”, La fille de Fally Ipupa inquiète ses fans