Tanko Timati

49 personnes ont été tuées pendant la prière du vendredi, ce 15 mars, dans des attaques contre deux mosquées de la ville néo-zélandaise de Christchurch.

Le tireur, un ressortissant australien, Brenton Tarrant (photo), est âgé de 28 ans, a publié au préalable un manifeste raciste sur Twitter avant de diffuser en direct des images vidéo de l’attaque.

Ce « manifeste » intitulé « le Grand remplacement » explique les motivations de l’attaque. Il s’agit d’un document de 73 pages dans lequel le tireur voulait s’en prendre à des musulmans.

Lire aussi : Togo-PND : le Premier ministre Selom Klassou sur CNBC Africa lundi pour sa promotion

 Le titre semble être une référence à une thèse de l’écrivain français Renaud Camus sur la disparition des « peuples européens », « remplacés » selon lui par des populations non-européennes immigrées, qui connaît une popularité grandissante dans les milieux d’extrême droite.

Dans le manifeste, le tireur dit qu’il est né en Australie dans une famille aux revenus modestes et avoir 28 ans. Il déclare que les moments clé de sa radicalisation furent la défaite de la dirigeante d’extrême droite Marine Le Pen à la présidentielle française de 2017 et une attaque au camion qui a fait cinq morts à Stockholm en avril 2017, dont une fillette de 11 ans.

Brenton Tarrant, arrêté, a été inculpé de meurtres dans un contexte terroriste. La majorité des victimes (41) ont été tuées dans l’une des deux mosquées, ont précisé les forces de l’ordre.La police de Nouvelle-Zélande avait déjà indiqué avoir arrêté trois hommes et une femme après les attaques, sans préciser leur identité.