Mathias Pogba prévient : ”Si je meurs, vous aurez mon sang sur vos mains”

Partager l'article

Facebook
Twitter
WhatsApp

Incarcéré depuis quelques jours, Mathias Pogba continue de faire des révélations concernant son frère Paul Pogba. Certains messages menaçants qu’il avait envoyés à son frère et à son avocate, Rafaela Pimienta, ont fuité sur la toile.

En effet, le média BFMTV a indiqué avoir mis la main sur un long message de Mathias Pogba, datant du 14 août, à l’avocate Rafaela Pimienta.

« Puisque c’est comme ça, je vais te dire ce qui va arriver en refusant de me rencontrer et de m’aider : j’irai voir tous les médias possibles, dans tous les pays possibles.

Bien sûr, j’expliquerai comment mon frère s’est impliqué dans les affaires louches avec des criminels qui ont fait couler le sang pour lui. (…) Mais je parlerai aussi de toi, de comment tu es proche de la famille et de comment tu as laissé faire tout ça.

Je te reparlerai de comment j’étais impliqué par mon frère avec des criminels, comment j’ai été agressé, menacé alors que je n’ai rien à voir avec tout ça, que j’étais impliqué uniquement à cause de lui ».

Par la suite, Mathias Pogba n’a pas manqué de rappeler à Rafaela Pimienta que son travail d’avocate et de représentante n’était pas simplement avoir le beau rôle via les commissions, mais qu’il lui fallait également veiller sur le bien-être de Paul Pogba et sur celui de sa famille.

« Rafa, ceci est un vrai appel à l’aide. Qu’on le veuille ou non, on est tous impliqués, même toi, ne serait-ce qu’à cause de ta proximité avec la famille, ce que tous les médias savent. Si cette affaire n’est pas réglée comme il faut, personne n’en sortira indemne. Donc, voyons-nous, trouvons une solution ensemble avant que les choses ne s’aggravent encore plus ».

Pour finir, Mathias Pogba a tenu à assurer que si Rafaela Pimenta restait de marbre et se murait dans un silence complet, il se pourrait qu’elle et Paul Pogba finissent par avoir son « sang sur les mains » et « sa mort sur la conscience ».

« Parlons et réglons les choses ensemble, afin que les choses restent dans le cercle familial, qu’on puisse en finir avec tout ça et enfin continuer à vivre. C’est la seule chose que je souhaite.

Mais si vous vous obstinez à faire les autruches, sachez que si je meurs, vous aurez mon sang sur vos mains, ma mort sur votre conscience. Et si cela ne vous dérange pas, sachez au moins qu’il vous sera difficile d’éviter le scandale et l’impact sur vos images et vos carrières, car vous ne pourrez pas dire que vous ne saviez pas quand il sera trop tard ».