Mauricio Pochettino : « J’adore avoir la pression de gagner »

Mauricio Pochettino dévoile ses ambitions. « C’est un moment excitant. Le club a beaucoup changé depuis 20 ans, mais je ressens la même passion et le même amour. J’ai l’impression que je suis parti hier. » Voilà quels ont été les premiers mots de Mauricio Pochettino, accordés à la chaîne du club, en marge de sa première conférence de presse en tant qu’entraîneur du Paris Saint-Germain.

L’Argentin retrouve un club dont il a été capitaine, mais qui a changé de dimension depuis son départ. « Ma première impression, c’est que le PSG a une équipe incroyable, mais ce n’est pas une nouveauté, ni pour moi, ni pour personne, a confié l’ancien coach des Spurs. Je sais très bien ce qu’est le Paris Saint-Germain et quel type de joueurs il y a au PSG. Par le passé, j’ai travaillé aussi avec des grands joueurs. On fera le maximum pour l’optimiser ».

« Je sens que les joueurs sont ouverts à notre mode de management, à nos principes et nos concepts de jeu, a expliqué Pochettino. Je suis heureux de l’accueil que l’on a reçu, avec mon staff, de la part des joueurs et de la part des dirigeants. Je sais ce que ça signifie d’être à Paris. Il y a la pression de gagner, et la pression de bien jouer. Il ne faut pas seulement gagner, mais il faut gagner avec du style. On va essayer. J’adore avoir la pression de gagner ».

« Arriver à notre meilleur niveau contre Barcelone »

Pas la peine de faire dire à Pochettino quels sont les objectifs sportifs du PSG, tout le monde les connaît. Il y a bien sûr la Ligue des champions dont rêve le club, avec un choc contre Barcelone au programme en février. « C’est un énorme challenge. Ça parait loin, c’est le mois prochain, a réagi le nouveau patron parisien. Le plus important, c’est de construire, d’apprendre à se connaître, et d’arriver à notre meilleur niveau contre Barcelone ».

Pochettino veut donc bâtir son PSG. Mais à quoi va-t-il ressembler ? On n’en sait pas beaucoup plus après cette conférence de presse, car le nouvel entraîneur a insisté sur la notion de flexibilité, et sur le besoin qui est le sien de d’abord connaître ses joueurs, avant de décider comment les utiliser. Ainsi, il évite de parler de 4-4-2, de 4-3-2 ou de 3-5-2.

« En général, on joue avec une défense à 4, on préfère, mais il faut avoir beaucoup de flexibilité au moment de trouver le point de départ de notre organisation. Tout ça va dépendre des joueurs, des qualités des joueurs qui seront disponibles à chaque match », explique-t-il. « Je n’aime pas parler de systèmes, a-t-il appuyé. Le football est un jeu ouvert et dynamique. À chaque fois, si on arrête le jeu, on va trouver des positions qui vont varier et changer ».

« Je préfère parler d’animation »

Ainsi, Pochettino n’a pas voulu dire s’il comptait utiliser Marquinhos au milieu ou en défense, Neymar et Mbappé sur un côté ou dans l’axe. Ou plutôt, il garde toutes ses options ouvertes. « Neymar ? Avec le temps, nous trouverons la meilleure position pour lui. Plutôt que de système, je préfère parler d’animation, de comment on réagit avec le ballon et sans le ballon. On va trouver un système, non seulement pour Neymar, mais aussi pour tous les joueurs, pour qu’ils se sentent à l’aise, et expriment leurs qualités.

Mbappé ? Les grands joueurs comme Kylian peuvent jouer dans différents espaces sur le terrain. Si on prend une photo, au coup d’envoi, on pourra le voir dans l’axe ou sur un côté. Mais le plus important, c’est pendant le match, quels espaces il va utiliser pour exprimer ses qualités, combiner avec ses coéquipiers ».

On a tout de même compris, entre les lignes, quelles sont les idées de jeu de Pochettino. Et l’Argentin est si flexible qu’il a jonglé entre l’anglais et l’espagnol durant cette conférence de presse, en fonction des questions (*). Il comprend le français, mais il a ainsi laissé son adjoint Miguel D’Agostino jouer les traducteurs, le temps pour lui de se remettre dans le bain.

Pour découvrir un peu plus ce nouveau Pochettino, il faudra donc attendre les matches, qui vont arriver très vite et très nombreux : douze matches en 50 jours, en commençant mercredi soir à Saint-Etienne.

Pochettino est également flexible sur la prononciation de son nom :Potchéttino’ ou ‘Pockéttino’, « les deux sont bons ».

source : sports.fr

Plus d'articles
 Football : le clash entre Neymar et Alvaro Gonzalez se poursuit