Mauvaise gestion : des ennuis pour l’ex-président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz

Depuis la passation du pouvoir à son dauphin Mohamed Ould Ghazouani, devenu par la suite président, les ennuis s’accumulent pour l’ex-président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz. Ce dernier est convoqué devant une commission parlementaire jeudi prochain pour être écouté sur des dossiers relevant de sa gestion du pays.

RDC : Tshisekedi ordonne l’arrestation des auteurs du drapeau de la “République du Kivu”

C’est par un courrier que Hbib Ould Diaye, président de la commission d’enquête constituée en janvier dernier, a informé l’ex-chef d’Etat. Dans ledit courrier, il est indiqué que le nom de l’ex-chef d’Etat « a été maintes fois directement cité dans le cadre de faits et d’actes pouvant constituer une atteinte dangereuse à la Constitution et aux lois » du pays. En conséquence, l’ancien Président est convoqué, « dans le souci de faire éclater la vérité ».

Ni Mohamed Ould Abdel Aziz ni son entourage ne s’étaient exprimés lundi soir, notamment sur l’intention de l’ex-président de se rendre à la convocation. La commission a déjà entendu plusieurs de ses anciens Premiers ministres ou ministres.

Game of Thrones 8 : la raison qui explique pourquoi Arya et Sansa Stark ne sont pas mortes

Le président de la commission ne spécifie pas dans le courrier sur quels dossiers elle compte l’entendre. Mais lorsque les députés ont approuvé la formation de cette commission, ils lui ont demandé de s’intéresser à plusieurs sujets de détournements emblématiques de l’ère Aziz. Parmi eux : la gestion des revenus pétroliers, la vente de domaines de l’État à Nouakchott, la liquidation d’une société publique qui assurait l’approvisionnement du pays en denrées alimentaires, ou encore les activités d’une société chinoise de pêche, Pully Hong Dong.

La Casa de Papel : les prochaines saisons se précisent

11 ans à la tête de la Mauritanie

Mohamed Ould Abdel Aziz a dirigé la Mauritanie de 2008 à 2019. Ancien général à la tête de la garde présidentielle, il a pris le pouvoir après un putsch en 2008. Il a été élu et réélu en 2009 et 2014. Il a été remplacé par son dauphin ancien chef d’état-major et ministre de la Défense, Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani.

Succession d’Elizabeth II : la reine a fait son choix

Les relations entre les deux hommes politiques se sont rapidement détériorées après la passation de pouvoir, selon les médias locaux. Plusieurs de ses anciens Premiers ministres ou ministres ont déjà été auditionnés par cette commission.


Phone Promo TG

Performances Ad

Togocom Kpevika
Plus d'articles
Asphyxie financière d’Auxerre