in ,

McKinsey & Co : plus de la moitié des PME européennes pourraient faire faillite dans les 12 mois

Parmi les entreprises européennes qui ont jusqu’ici survécu à la crise liée à la pandémie de la Covid-19, plus de la moitié estiment ne pas pouvoir rester à flot au cours des 12 mois à venir, met en lumière un sondage publié le 22 octobre par McKinsey & Co, rapporte Sputnik.

« Plus de la moitié estimaient que leur entreprise ne survivrait peut-être pas plus de 12 mois, malgré le fait que 20% des entreprises participant au sondage avaient déjà profité de diverses formes d’aide gouvernementale visant à atténuer leurs difficultés financières », est-il précisé.

Le sondage, dont le but était de montrer à quel point « la prospérité » des entreprises en Europe est touchée par la Covid-19, a été mené en août auprès de plus de 2.200 petites et moyennes entreprises dans cinq pays européens: en France, en Allemagne, en Italie, en Espagne et au Royaume-Uni.

La crainte des sociétés de ne pas pouvoir rembourser leurs prêts est une autre manifestation de ce pessimisme du milieu d’affaires européen quant à son avenir.

« Une entreprise sur cinq craignait de ne pas rembourser ses prêts et de devoir licencier des employés, tandis que 28% avaient peur de devoir annuler leurs projets de croissance », détaille McKinsey & Co.

Qui plus est, à cause de la pandémie, les revenus de 70% des entreprises sondées ont diminué, entraînant de graves répercussions.

L’ampleur des pertes varie en fonction des pays et mesures prises par leurs gouvernements respectifs. Ainsi, ce sont les entreprises espagnoles et italiennes qui semblent avoir le plus souffert, 33% et 30% d’entre elles ayant respectivement annoncé que leurs revenus avaient « beaucoup diminué », un chiffre qui s’élève à 27% côté français et 23% en Allemagne, à en croire le sondage.




Fibre Nouveaux Quartiers


Ad Canal Box

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Nigeria / #Endsars : le président Buhari sort du silence

Algérie : méfiance autour du prochain référendum constitutionnel