Minimiser les risques liés aux migrations des enfants

Offrir une existence légale à chaque enfantPendant les vacances, nombreux sont ces enfants qui se déplacent dans d’autres villes ou régions.

Une situation qui n’est pas sans danger pour ces êtres vulnérables au regard des risques de traite pour être réduits au travail forcé dans des mines, dans des foyers domestiques ou pire dans des maisons closes.

En vue d’endiguer ce problème au Togo, le ministère de l’Action Sociale et de la Promotion de la Femme organise à l’intention de ses responsables sociaux à partir de ce mercredi 26 août, et ce, pour trois jours, un atelier de formation sur l’approche mobilité et l’accompagnement des enfants en mobilité afin de sécuriser leur déplacement.

Pour Mme Nyassa Bénédicte, Directrice de l’Assistance à l’enfant en difficulté, « Tout être en déplacement court des risques. Ces risques augmentent quand il s’agit des enfants parce qu’ils sont des êtres vulnérables. Cette formation sur la mobilité est donnée à ces acteurs pour assurer une meilleure protection des enfants en déplacement (…) On espère qu’ils feront une grande sensibilisation à leur retour, donneront l’information sur le terrain et seront disponibles à écouter toutes les personnes qui viendraient à eux. »

Cette activité s’inscrit dans le cadre du projet régional de protection des enfants en situation de mobilité initié en 2013 et piloté par la fondation Terre des Hommes Lausanne.

Pour le Chef de la délégation Terre des Hommes Togo, Gilbert Hascoet, « Je crois qu’il y a une culture de la migration au Togo qui est forte. L’important est de bien arriver à accompagner ce flux migratoire. Nous nous attachons à sensibiliser les parents et enfants au départ et nous sommes aussi sur les lieux de destination que ce soient dans les mines au Nigeria, les maisons domestiques au Bénin ou dans des marchés au Ghana. »

Plus d'articles
Burna Boy : la star se lance à la conquête des Etats-Unis