in ,

Miss Togo 2018, la 24e course à la couronne a déjà commencé

Lors de la cérémonie de lancement le 9 mai dernier, Hôtel 2 Février de Lomé
Lors de la cérémonie de lancement le 9 mai dernier, Hôtel 2 Février de Lomé

Fidèle à la tradition annuelle, le Comité national Miss Togo ses partenaires donnent rendez-vous au public togolais pour la soirée la plus glamour du pays. Les couleurs de cette édition ont été annoncées en début du mois de mai dernier à Lomé de même que l’ouverture des candidatures.

Et pour cette 24e édition, les innovations intégrées l’année dernière seront encore de la partie, notamment, les 2 super-régionales qui auront respectivement lieu le samedi 21 Juillet pour la zone septentrionale (Kara, Centrale, Savanes) et le 28 juillet pour la zone méridionale incluant les régions, maritime, des plateaux et du Grand Lomé ; de même qu’une mise au vert des finalistes, le mercredi 15 août en prélude à la grande finale qui aura lieu le samedi 25 août au Palais des congrès de Lomé.

La finale de l’édition 2O17 qui s’était déroulée le 26 août, avait vu le sacre de Mlle Dédévi Ayaba Cornélia ADOMAYAKPO. Au cours de la conférence de presse qui a suivi son élection, cette dernière a confié dévouer les actions de son mandat aux prisonniers et surtout à leur vie après la détention. Un mandat rempli de déplacements et d’actions diverses tant sur le plan national qu’international, dont elle a présenté le bilan le 9 mai dernier.

Œuvrer en faveur de la réinsertion des prisonniers, une bataille entamée

Gaspard Baka, Président du Comité National Miss Togo

Que ce soit en France, à Bruxelles ou en Allemagne, la Miss Togo 2017 a multiplié les voyages et les visites officielles, défendant les couleurs du Togo et surtout l’image de la femme togolaise.

Continuant l’œuvre entamée par sa prédécessrice, Mlle Balbina Kokoe Mawubedzro, Miss Togo 2016, Mlle Cornelia a en dehors de la cause des prisonniers, œuvré en faveur de la préservation de l’environnement. Ce qui justifie le thème de son mandat « Réinsertion des prisonniers et Préservation de l’Environnement ».

Dans la prison de Lomé tout comme celles de l’intérieur du pays, la locataire de la couronne de la plus belle fille du Togo a multiplié les actions distribuant vivres, non-vivres et surtout des équipements et matériels pour la formation et l’apprentissage de métiers pour faciliter l’insertion des détenus après l’épisode carcéral.

« Mes premières actions ont été réalisées à la prison civile de Lomé, le 08 décembre 2017 à l’occasion de la journée internationale des droits de l’Homme. Après Lomé, j’ai mis le cap sur la prison civile d’Aného (…) Nous sommes allées avec quelques matériels pour renforcer les capacités de la maison d’arrêt de Lomé et d’Aného dans leur programme de réinsertion de leurs locataires », a confié la Miss. En outre, elle a procédé à la mise en terre 500 plants notamment 200 plants d’arbres fruitiers autour de la prison d’Aného et 300 cocotiers à la plage.

Des actions que la Miss a encore 3 mois pour achever avant de passer le témoin à une autre. Pour cette année, c’est un spectacle encore plus beau et toujours plus riche en couleurs que le Président du Comité national Miss Togo, Gaspard Baka promet public. Ce spectacle s’est, grâce à ses innovations constantes, imposé comme un évènement incontournable dans le paysage socio-culturel togolais depuis sa première édition en 1995.




Ad Banque Atlantique

Drame à Assigamé : une partie d’un immeuble s’effondre sur des commerçants

Qui est la Togolaise Tina Kunakey désignée comme l’une des plus belles femmes du monde ?