in ,

Mr Pascal AGBOVE.

Mr Pascal AGBOVE Directeur Exécutif de l’ONG IJD, Fondateur de l’école IFAID, initiateur de l’école citoyenne et du concours du meilleur plan d’affaire au Togo qui s’était déroulé le 22 Septembre 2012 est l’invité de ce nouveau numéro d’une personne , un parcours. Il nous livre son parcours, ses secrets et ses motivations...
Bonjour Mr Pascal AGBOVE, nous sommes de l-frii.com, le réseau d’apprenant togolais. Vous êtes, Directeur Exécutif de l’ONG IJD, Fondateur de l’école IFAID, initiateur de l’école citoyenne, merci de nous avoir reçus pour cette interview.
Présentez-vous au freelearners(fl).
C’est un plaisir pour nous de nous présenter à la jeunesse et de partager notre expérience avec elle dans le but de l’amener à comprendre les réalités de la vie, de savoir comment faire un choix judicieux pour faciliter son insertion socio-économique. Mon nom c’est Pascal Agbové, je suis togolais. Né en 1976, Directeur Exécutif chargé de la coordination des activités de l’ONG IJD, Directeur de l’IFAID (Institut de Formation et d’Appui au Développement).
Parlez-nous de votre parcours ?
J’ai fait mes études primaires à l’école primaire publique d’Anoukopé et le collège d’enseignement général de la même localité dans la préfecture du Zio.
Après mon BEPC en 1995, j’ai continué mes études secondaires à l’école d’enseignement technique d’Adidogomé à Lomé où j’obtins mon BAC série G2 en 1998.
A l’Université du Bénin, l’actuelle Université de Lomé j’ai fait la gestion à la FASEG pendant 4 années pour la maitrise. Quand j’étais étudiant en ce moment, j’avais la chance d’avoir un boulot dans une ONG comme Chef Contrôleur de gestion. Cela m’a beaucoup permis de prendre de l’avance sur mes camarades qui se contentaient seulement de ce qui se faisait à la faculté.
Les faits marquants pendant ces moments ?
Je suis benjamin de ma famille donc très choyé et j’avais beaucoup l’affection des gens. Malheureusement, quand je préparais mon BAC, mon papa était décédé, cela avait été un choc pour moi mais cela ne m’a empêché d’avoir mon BAC cette année là. Tel que j’ai été choyé, il ne restait que ma maman et cela a été des moments difficiles. Ces événements m’avaient amené à avoir une autre vision de la vie et donc à changer de comportement et à me battre de moi-même.
Vous êtes Fondateur et Directeur de l’ONG IJD tout en étant employé dans une autre boîte. Pourquoi avoir fait ce choix ?
Quand j’étais recruté, plus précisément le 11 Novembre 1998, dans l’ONG, j’avais beaucoup appris dans cette organisation. Mes collègues avec lesquels j’avais étudié au lycée et au campus ne faisaient rien donc l’idée m’est venu d’initier quelque chose avec eux pour qu’ils soient occupés eux aussi et donc c’est là que j’ai eu l’idée d’IJD. IJD a donc été lancé le 20 février 2000 tout en fonction dans l’ONG.
Quel est alors l’objectif de l’ONG IJD à part aider vos amis à s’occuper ?
Notre vision, c’est de voir des jeunes devenir les acteurs responsables de leur propre itinéraire d’insertion sociale et économique. Les jeunes doivent être capables de prendre leur destiné en main. Nous ne voulons pas que les jeunes soient toujours à la traine, manipulés en attendent toujours des autres mais qu’ils se disent qu’ils sont des acteurs de développement d’aujourd’hui et de demain.
Parlez-nous de vos réalisations !
A ce jour, nous avons réalisé beaucoup de choses mais je ne vais parler que de certaines réalisations phares.
Nous avons crée IFAID qui est un centre agréé par le ministère de l’enseignement technique qui nous a permis de former plus de 2000 jeunes et nous sommes à notre 18ème promotion .
Par notre engagement, nous représentons le Togo au niveau mondial dans le cadre de la promotion de l’entreprenariat.
Les autorités reconnaissent quand même cette place à IJD.
Nous avons initié depuis 2010, l’école citoyenne qui est une initiative permettant aux jeunes d’être informés sur les réalités socio-économiques et politiques.
Nous avons formé plus de 60 enseignants des lycées d’enseignement technique avec l’appui du PNUD.
Avec l’appui du PNUD, nous avions travaillé avec la CENI pour le coté communicationnel lors des élections Législatives de 2007 et Présidentielles de 2010 ; sur les projets de lutte contre le VIH/SIDA en milieu jeune, extrascolaire et rural.
Avec les Allemands, nous avions aidé les communautés rurales à s’organiser et à faire face aux défis de développement.
Nous avons participé à la réflexion au niveau national pour mettre en place des politiques et programmes de développement, contribuer activement à la mise en place du Conseil National de la Jeunesse(CNJ) où j’ai été Vice Président du comité ad hoc qui l’a mis en place.
Nous avons un journal pour publier mensuellement des informations à l’endroit de la jeunesse.Nous représentons le Togo et la jeunesse Togolaise lors des rencontres internationales afin d’apporter la contribution Togolaise aux réflexions pour mettre en place des programmes adéquats.
Pour nous, quand il s’agit de la promotion de la jeunesse, tous les acteurs ont leurs rôles gouvernants, parents, jeunes. .

Vous effectuez beaucoup de voyages dans le cadre des engagements de la jeunesse et récemment en Angleterre pour le Congrès Mondial pour l’entreprenariat ? Parlez-nous-en.
Effectivement, nous faisons beaucoup de voyage. Pour l’Angleterre, en Mars 2012 lors du congrès Mondial pour l’entreprenariat, c’est un rendez-vous des leaders mondiaux en matière de promotion de l’entrepreneuriat. Aujourd’hui, aucun pays ne peut évoluer sans le développement de l’esprit d’entrepreneuriat. Parce que le développement d‘un pays, passe par la croissance économique, on ne parle pas de croissance économique sans création d’entreprise alors que dans notre système francophone, nous avons raté la stratégie devant nous amener à un meilleur développement. Tous les pays qui se développent aujourd’hui, c’est grâce à leur base de développement économique ce qui n’est possible qu’avec la création d’emploi par le citoyen donc l’entreprenariat.
Donc au niveau mondial, il est question d’expliquer ces fondamentaux d’abord aux pays sous développés ou en voies de développement. Ce sont les grandes puissances qui dirigent ces mouvements, donc ils viennent partager ces expériences avec nous pour encourager l’entreprenariat. Cette rencontre a conduit à la 1ère édition du concours de créativité d’affaire le 22 Septembre 2012 dernier. Le gagnant participera au concours international au Danemark. Le congrès prochain aura lieu au Brésil en Mars 2013.
Vous êtes initiateur de l’école citoyenne et la dernière édition s’était déroulé en Août passé. Comment est née l’idée?
L’école citoyenne est née à cause de notre vision puisqu’il s’agit du fait que la jeunesse doit être formée, informée, éduquée parce que si cela est fait, elle peut valablement contribuer au développement du pays. A cela, nous nous sommes dit qu’il doit y avoir un rendez-vous d’échange entre décideurs et jeunes pour qu’ils sachent comment la vie est organisée aux sommets, comment les décisions sont prises et comment ils peuvent y apporter leur contribution. Chaque année nous changeons de thème de manière à ce que les gens puissent avoir des informations concernant les priorités de l’heure.
Vous êtes Directeur de l’IFAID (Institut de Formation et d’Appui aux Développements), parlez-nous en ?
Brièvement, la vision d’IFAID est d’apporter une particularité, non pas former classiquement comme le font la plupart des écoles mais donner des formations sur les priorités pour être directement opérationnel.
Nous sommes basés à Adidogomé, rue des frères franciscains comme l’ONG IJD (Initiative des Jeunes pour le Développement) les contacts sont le (+228) 23 20 69 18/90 89 89 68/ ijdong@yahoo.fr
Que pensez-vous des vies associatives, bénévoles et volontaires ?
C’est une expérience très enrichissante, car c’est un espace d’apprentissage pour la jeunesse puisque nous apprenons à assumer des responsabilités.. C’est vrai que c’est bénévole mais ça permet franchement d’apprendre et de développer des relations dans une association.
Votre mot de fin
C’est tout d’abord de remercier les initiateurs de ce site, les encourager et leur dire que je suis prêt à les soutenir. Pour les fl, je les invite à prendre cet outil comme un élément d’autopromotion et à être régulièrement connecté car il leur fournira beaucoup d’informations qu’il n’auront pas la chance d’avoir à l’école et les aider à faire des choix judicieux de carrière et réussir dans la vie.
Merci Directeur.


M. Rodrigue AKOLLY

JEUNE ENTREPRENEUR L-FRII DU MOIS