Mr Patrick Eklu Amendah

Quand on parle de miss Togo, on pense à lui, plus d’un togolais le connaissent comme maître de cérémonie de miss Togo et plein d’autres manifestations au Togo. Quand on le révèle comme architecte on est surpris. Eklu Patrick Amendah est l’invité de ce nouveau numéro de la rubrique « Une personne, un parcours », il nous livre son parcours tant sur le plan académique que professionnel.
Bonjour Mr Patrick Eklu Amendah, nous sommes de l-frii.com, un réseau d’apprenants togolais. Vous êtes architecte de formation, Directeur de la société GIGA mais le commun des freelearners ( fl )vous connaît sous le chapeau de maître de cérémonie ou de présentateur, merci de nous avoir reçus pour cette interview.
Bonjour à l’équipe l-frii
Les (fl) voudraient mieux vous connaître afin de s’inspirer de votre parcours, de vos conseils afin de faire comme vous si possible.
Présentez-vous aux freelearners.
Eklu Patrick Amendah, je suis né un 19 Décembre, marié et père de 3 enfants. Je dirige un bureau d’architecture appelé GIGA mais nous intervenons aussi dans la communication. J’ai donc une activité d’architecte avec tout ce que cela comprend et une autre, plus connue du public togolais, celle de présentateur.
Parlez-nous de votre parcours
En ce qui concerne mon parcours, j’ai fait le cours primaire à la MARINA, et le secondaire au collège Notre Dame des Apôtres puis au Lycée de Tokoin. Ce qui pourrait intéresser les freelearners (fl) c’est peut être à partir de là. Au lycée, je me prédestinais à être chirurgien ou à travailler dans le domaine du bâtiment en l’occurrence l’aménagement. Après le bac, j’ai été orienté vers l’ingénierie bâtiment à l’ENSI. Malheureusement, c’était la période des grèves à l’Université du Bénin actuel Université de Lomé donc j’ai dû quitter Lomé pour Yamoussoukro en côte d’ivoire pour 2 années de classe préparatoire en ingénierie bâtiment. Après ces 2 années, je suis rentré au bercail où j’ai commencé l’EAMAU en 1995.
Des faits marquants pendant ces périodes d’études ?
Il y a en beaucoup mais quelques uns ont été décisifs pour mon parcours. A l’EAMAU, j’ai été président du comité des étudiants, une responsabilité qui m’a beaucoup formé. Je suis aussi rentré à la Jeune Chambre. En effet, la Jeune Chambre m’a permis de me faire des d’amis avec qui je me suis forgé. J’ai également bénéficié de différentes formations. J’ai pu suivre un séminaire appelée le JBS (Junior Business Seminar) organisé par l’ISM de Dakar et la fondation Friedrich Neumann. Cela m’a ouvert les yeux sur l’entrepreneuriat.
Sur le parcours universitaire, je dois quand même avouer que quoi qu’on puisse dire, ces relations d’amitié, ces formations et voyages, m’ont permis d’être ouvert sur le monde tout en étant jeune, choses qui ont enrichi mon parcours basée sur une formation relativement classique.
Vous êtes un des maîtres de cérémonie les plus en vue au Togo. Comment le devient-t-on ?
Comment le devient-on ?, je dirai qu’il n’y a pas de circuit de formation pour ce genre d’activité puisque c’est l’apprentissage sur le tas et on se construit soit même sur la base d’expériences .Pour mon cas, j’ai quand même aujourd’hui un Mastère en communication.
Parlez- nous de votre parcours en tant qu’architecte ?
Durant ma formation, j’ai fais des stages dans des cabinets à Lomé, Ouagadougou et après le diplôme, j’ai crée mon Bureau d’études en septembre 2002 juste après être diplômé en juillet de la même année.
Mes débuts en architecture comme pour beaucoup de jeunes confrères à Lomé, étaient difficiles. On commence par des villas qui sont plus ou moins mal payées. C’est la tranche la plus ingrate du métier d’architecte. Mais on apprécie la démarche quel que soit les types de personnes qui viennent nous consulter ou ses moyens. Ce sont des gens que je remercie et qui m’ont globalement permis de tenir durant les premières années.
Vous avez fait un Master en communication, Pourquoi ?
J’avais l’illusion de formaliser ce que j’avais appris sur le tas avec mon Master en communication. Je ne dirai pas que cela ne m’a rien apporté en tant que présentateur fondamentalement mais c’est quand même peu. Il me permet d’avoir une approche plus formelle dans le domaine du conseil en communication.
Pour la présentation, l’essentiel de ce que je fais, je l’ai appris sur le tas. C’est l’école de la planche et de la scène et le conseil avisé de personnes dont j’ai croisé la route.
Que pensez-vous des vies associatives, bénévoles et volontaires pour les jeunes ? Parlez-nous de votre parcours associatif ?
Je pense que ce sont des expériences, lorsqu’elles sont bien choisies, qui sont extrêmement enrichissantes .Nous sommes dans un contexte éducatif qui ne nous apprend pas à nous battre. La vie associative permet en effet d’apporter un certain aboutissement à ce manque académique.
La vie associative permet d’avoir un aspect organisationnel, de leadership qu’on n’acquiert pas à l’école. On apprend à diriger, à se battre. Et donc il faut aller à la bonne école en matière d’association.
Pour mon parcours, j’ai été membre de la Jeunesse Estudiantine Catholique(JEC); A Yamoussoukro, j’étais dans le Comité des Etudiants; A l’EAMAU, J’ai été Président du Comité des Etudiants ; A la Jeune Chambre, j’ai fait un long parcours où j’ai gravi différents les échelons.
Au niveau corporatif, bien que ce ne soit pas une association mais une organisation professionnelle, J’ai été membre du Conseil Supérieur de l’Ordre National des Architectes du Togo.
Parlez nous de GIGA et de vos projets futurs ?
GIGA est un bureau d’études d’architecture, c’est l’activité principale. Il permet de justifier aussi mon activité de présentateur et parfois certaines activités ponctuelles en communication.
Pour des projets, j’en ai quelques uns mais je préfère mettre en route avant d’en parler.
Votre mot de fin
Aux fl, vous êtes sur un réseau qui n’est pas certes courant dans notre contexte, mais qui peut être extrêmement déterminant pour vos vies et choix de parcours. Je pense que dans le freelearning, il y des choses fondamentales à apprendre et que parfois, il suffit d’un simple déclic pour permettre de se construire un avenir meilleur.
Merci à vous
C’est moi qui vous remercie et bon vent aux lecteurs.
Plus d'articles
Etats Unis / Fusillades à Kenosha : Trump pense que le tireur a agi par légitime défense