La mycose vaginale est une affection bénigne, mais fréquente, qui touche de nombreuses femmes. Quelles sont les causes ? Et les symptômes ? Peut-on l’éviter ? Et comment la soigner ? On fait le point pour s’en débarrasser au plus vite.

Qu’est-ce qu’une mycose vaginale ?

Savez-vous que la flore intime est naturellement constituée de nombreuses bactéries ? On trouve notamment les lactobacilles, qui tapissent la muqueuse vaginale et agissent comme une barrière naturelle pour la protéger. Un équilibre fragile qu’il est important de respecter. En effet, si vous n’y faite pas attention, une mycose vaginale peut se développer.

La mycose est un champignon, le plus souvent le Candida albicans, mais parfois aussi le Candida glabrata. Sa présence peut être diagnostiquée par des symptômes tels que des rougeurs et des démangeaisons, souvent associées des pertes ressemblant à du lait caillé. Certains facteurs sont connus pour la favoriser.

Lire aussi :Les scientifiques ont déterminé quel sport influençait plus le désir sexuel chez les femmes

Mycose vaginale : les facteurs favorisants

Tout ce qui déstabilise la flore vaginale peut provoquer le développement d’une mycose. À bannir notamment : un excès de toilette intime, l’utilisation de savons inadaptés ou encore le port de vêtements trop serrés qui peuvent provoquer son apparition.

Autres facteurs pouvant favoriser le développement d’une mycose : la grossesse, la ménopause, le diabète, la prise d’antibiotiques, les voyages dans un pays exotique, l’excès de sport ou encore la chaleur. Dans ces cas, il est important de suivre des mesures afin de l’éviter.

Mycose vaginale : comment l’éviter ?

-- Publicité L-FRII --

Pour éviter qu’une mycose vaginale ne se développe, certains gestes et réflexes simples peuvent suffire. Il est notamment important de faire preuve de douceur. Les bons réflexes : adopter une hygiène intime régulière, mais pas excessive (une douche chaque jour, jamais plus de deux). Pour bien faire, utilisez également un nettoyant doux spécialement formulé pour cette zone fragile ou un savon ayant un PH alcalin doux, c’est-à-dire qui respecte le pH de la zone vulvaire. En général, il varie entre 4 et 5,5. Vous pouvez aussi réaliser cette toilette avec de l’eau claire, tout simplement.

Évitez les douches vaginales, beaucoup trop agressives et qui risquent de déstabiliser la flore, rincez-vous soigneusement et séchez-vous bien après chaque toilette.

Mycose-vaginale-bons gestes-éviter-soignerMycose vaginale : comment la soigner ?

Lorsque la mycose est là, comment la soigner efficacement ? Le traitement habituel, qui dure généralement autour de 3 semaines, repose sur l’application d’anti-fongiques, en ovules (à insérer dans le vagin) ou en crème (à appliquer 1 à 2 fois par jour sur la vulve). Ce traitement peut également être complété par la prise de comprimés par voie orale si nécessaire.

À noter : le partenaire doit également être traité s’il est irrité. Notre conseil : même si la mycose est une affection bénigne, consultez toujours votre médecin traitant ou votre gynécologue en cas de symptômes spécifiques. Ils peuvent en effet être liés à d’autres maladies dont certaines infections sexuellement transmissibles (IST) comme l’herpès génital.

Avec TopSante

La Rédaction