>

Nana Akufo-Addo : “Dites non aux personnes qui dénigrent le système judiciaire…”

Partager l'article

Facebook
Twitter
WhatsApp

Le président Nana Addo Dankwa Akufo-Addo a demandé au peuple ghanéen de dire non aux personnes qui ont fait de leur passion des remarques désobligeantes à l’encontre du pouvoir judiciaire et de la Commission électorale (CE) pour des raisons égoïstes, paroissiales et partisanes.

« Alors que le gouvernement continue de mettre en œuvre des politiques visant à faire progresser l’État de droit et, par là même, à renforcer la confiance du peuple et à consolider la réputation de notre nation en tant que pays régi par l’État de droit, certains ont fait de leur agenda politique un moyen de dénigrer systématiquement l’image du pouvoir judiciaire pour des raisons égoïstes, paroissiales et partisanes », a-t-il déclaré.

« Ce sont les plaignants qui vont devant la Cour, en fait, devant la plus haute cour du pays, qui ne fournissent pas la moindre preuve à l’appui de leurs revendications, et qui, pourtant, insistent pour que leurs revendications soient acceptées, malgré la violation élémentaire des anciennes règles de common law pour la décharge de la charge de la preuve qu’un tel résultat entraînerait », a-t-il ajouté.

« Il n’est pas étonnant que leurs demandes aient été rejetées à l’unanimité 7-0 par la cour suprême. Le résultat de cette affaire est en contraste frappant avec le résultat d’une affaire similaire en 2013, lorsque les plaignants déboutés ont réussi à persuader 4 des 9 membres du tribunal de leur donner raison, et, pourtant, les premiers plaignants ont choisi de ne pas mener une guerre politique contre le tribunal », a-t-il poursuivi.

Le président Nana Akufo-Addo l’a fait savoir le lundi 12 septembre 2022, lorsqu’il a prononcé le discours principal de la conférence du barreau de cette année de l’Association du barreau du Ghana.

Il a déclaré aux membres du Barreau que le Ghana est gouverné conformément à l’État de droit, et non en fonction de considérations politiques.

« Il est important que nous tous, en particulier les avocats, qui chérissons la démocratie que nous sommes en train de construire, disions non à ces personnes et gardions jalousement notre mode de vie démocratique, pour lequel nous avons tant fait. Des juges indépendants, qui appliquent la loi, protègent les droits de l’homme des citoyens et garantissent la responsabilité publique, sont des piliers solides de notre démocratie », a ensuite affirmé le président.