Credit Photo : DR

Nathalie Koah très remontée : “Ma vie est un nid d’épreuves…”, l’ex de Samuel Eto’o crache du venin sur ses détracteurs

Les éléments de la Brigade anti-sardinards (BAS) ont décidé de s’en prendre à Nathalie Koah ce samedi 27 novembre. L’influenceuse organise à Paris, un événement qu’elle a baptisé «meet and great». Au cours de cet événement, elle doit présenter son ouvrage «Renaître». 

Nathalie Koah y a invité de nombreux people parmi lesquels Murielle Blanche. Seulement, la BAS a appelé au boycott cet événement. Dans une lettre qui circule sur la toile, ils indiquent que l’entrepreneure n’a jamais compati aux soucis du pays et donc n’a pas le droit de jouer la grande dame épanouie en France. Sur sa page Facebook ce samedi 27 novembre, Nathalie Koah a répondu à ces menaces. 

Ci-dessous l’intégralité de sa réaction : 

“Si votre combat vis-à-vis de moi est justifié alors soyez libre d’agir ! En retour : Je suis libre comme tout autre citoyen de TRAVAILLER. Je ne fais pas de politique, je ne suis investie d’aucune mission. Une fois dit, des actions solidaires, j’en fais !!!!! Certaines sont publiées (vous avez sans doute une mémoire de poisson rouge ) ici d’autres restent et resteront à ma discrétion. 

Ce n’est certainement pas aujourd’hui que je vous prouverai mes actions car ce qui importe ce sont les actions en elle-même pas le bruit et encore moi le chantage. Aujourd’hui grâce au soutien de mes followers et après de longues années de lutte et de résilience, je respire un peu, je me construis, mais ça apparemment ça dérange encore ! Bâtir une communauté de plus de 3 millions d’abonnés, c’est un énorme travail. 

Je ne reçois d’aide d’aucun régime, je démarche les entreprises certaines me recalent ici devant vous d’autres m’acceptent. 

Je fais du commerce, je fais les tontines avec les recettes de mes magasins et de mes contrats pour créer encore plus de business. Je me lève à 6h et je bosse 2 fois plus pour honorer mes engagements ou créer du contenu pertinent ou léger pour mon audience en fonction de l’absolu. Si certains pensent que c’est facile, allez-y faites de même. 

Enfin, je ne comprends pas l’objectif des intimidations à l’égard de personnes qui essayent simplement de se construire. A minima, c’est de la récupération gratuite, sinon de l’inconsistance idéologique. 

Vous pouvez ne pas apprécier les personnes (encore qu’avons-nous fait de mal ?) mais sachez qu’aujourd’hui les business que nous portons emploient des jeunes camerounais, donnent de l’espoir à ceux qui abandonnaient face aux difficultés et contribuent à créer de nouvelles opportunités marketing pour de nombreuses entreprises avec lesquelles nous collaborons. 

Voilà à mon niveau ce que je fais pour la société. Et vous ? Si mon message, mon parcours et mes actions ne sont pas assez audibles à votre goût alors sentez-vous libre de m’ôter la vie !!! Ma vie est un nid d’épreuves quoiqu’il en soit et une bibliothèque d’enseignement !!!!”.