Le président de la Commission nationale électorale indépendante du Niger, Issaka Souna, a dévoilé lors d’un point de presse tenu le vendredi, le calendrier des prochaines élections. Selon le calendrier, le premier tour de la présidentielle, couplé aux législatives, aura lieu le 27 décembre 2020, tandis que les élections municipales et régionales se tiendront le 1er novembre. Le second tour éventuel du scrutin présidentiel se tiendra le 20 février 2021.

Depuis 2016, les élections municipales et régionales ont été sans cesse reportées. Ces scrutins avaient initialement été fixés au 9 mai 2016, mais elles ont subi de nombreux reports que les autorités ont justifiés par “la saison des pluies” ou “la nécessité impérieuse” d’élaborer “un fichier électoral biométrique”.



Lire aussi : Le général Oumarou Namata Gazama prend les rênes du G5 Sahel

Pour permettre aux mairies de fonctionner, les mandats des élus locaux, en poste depuis 2011 étant expirés, le gouvernement, grâce à une loi votée par le Parlement, n’a cessé de les prolonger de six mois, depuis 2O16. “Tout sera mis en œuvre mis pour rester dans les délais constitutionnels et légaux dans l’organisation des scrutins”, a assuré Issaka Souna.

L’actuel président Mahamadou Issoufou, 67 ans, réélu en mars 2016 pour un deuxième et dernier quinquennat, a assuré qu’il ne modifierait pas la Constitution pour briguer un troisième mandat.

L’opposant en exil Hama Amadou, 69 ans, a été désigné début août candidat à la présidentielle par le Mouvement démocratique nigérien (Moden), principal parti d’opposition, toutefois divisé en deux factions. Il était arrivé deuxième à la présidentielle de 2016 derrière le président Issoufou. D’autres poids lourds sont déjà dans la course à la présidentielle.

Lire aussi : Togo – Dunenyo Za : la 3ème édition placée sous le signe du vivre ensemble

Depuis deux ans, l’opposition refuse de siéger à la commission électorale et conteste le nouveau code électoral adopté en juin par le Parlement.

M. Amadou, qui vit en exil depuis 2016 à l’étranger, risque de se voir écarter de la présidentielle pour avoir été condamné à un an de prison dans une affaire de trafic international de bébés, affaire qu’il dénonce comme une machination politique.

Pays sahélien très pauvre d’Afrique de l’Ouest, le Niger est par ailleurs en proie à des attaques jihadistes récurrentes.