Le Nigeria n’a pas apprécié la manière avec laquelle ses ressortissants, supposés en situation irrégulière au Ghana, ont été expulsés vers leur pays au cours des 12 derniers mois.

L’ambassadeur Michael Abikoye, le Haut-commissaire nigérian au Ghana, a protesté contre les mauvais traitements infligés à 723 Nigérians illégaux par le Service de l’Immigration du Ghana (GIS) à la suite de leur expulsion du pays.

Ghana, Nigeria, expulsion
Image d’illustration

À propos de cette affaire, l’ambassadeur Abikoye, qui a révélé cette information lors d’une réunion entre lui et le contrôleur général du GIS, Kwame Takyi, a déclaré que 81 nigérians avaient été expulsés pour cybercriminalité présumée en janvier et qu’environ 115 ont été déportés en février pour prostitution. En tout, le Haut-commissaire a déclaré que 723 Nigérians ont été expulsés pour séjour présumé illégal, cybercriminalité et prostitution entre janvier 2018 et janvier 2019.

Au regard du traitement subi par ces Nigérians infortunés et selon l’Agence de presse nigériane, le Haut-commissaire a mis en garde contre le traitement inhumain des Nigérians par le Ghana, affirmant que de tels traitements ne seraient pas tolérés par le gouvernement nigérian.

Et comme pour faire une parallèle, l’ambassadeur nigérian a relevé que plusieurs Ghanéens vivent au Nigeria et n’ont jamais été expulsés pour raison de « séjour illégal, en raison d’un sentiment de fraternité entre nos pays ».

En réponse, Kwame Takyi a déclaré que le GIS était contraint de rapatrier certains Nigérians en raison de leur conduite au Ghana. Il a expliqué que « Certains nigérians font des lois eux-mêmes, bloquent des routes dans les principales rues du Ghana où ils boivent, se battent et se poignardent ».