Tanko Timati

Debout, mais blessée. Après le violent incendie de lundi, la cathédrale Notre-Dame de Paris compte ses pertes… et ses retrouvailles. Voici le point sur ses trésors sauvés ou perdus, en attendant un inventaire exhaustif, toujours en cours, écrit ce mercredi rfi.fr

Notre-Dame de Paris a été ravagée par les flammes, mais alors qu’on craignait le pire, aucune œuvre dans l’enceinte de la cathédrale n’a été détruite. Dès le soir du sinistre, on apprenait ainsi que les œuvres du Trésor étaient sauvées des flammes. Parmi elles, la tunique de Saint Louis et la Sainte Couronne d’épines. Selon la croyance des catholiques, c’est la couronne que les soldats romains auraient posée sur la tête de Jésus le jour de sa crucifixion.

Lire aussi: « Si jamais je meurs… », le triste message d’Abdoulaye Wade à sa famille

Certains vitraux ont explosé, mais les trois rosaces datant des XIIe et XIIIe siècles représentant les fleurs du Paradis ont résisté à la chaleur. Soulagement aussi pour les « Mays », ces très grandes peintures, près de quatre mètres de haut, commandées entre 1630 et 1707 par la corporation des orfèvres.

Quant aux statues en bronze, douze apôtres et quatre évangélistes qui ornaient le toit de Notre-Dame et qui n’avaient pas bougé depuis 160 ans, elles avaient par chance quitté Paris la semaine dernière pour être restaurées à Périgueux. La plus belle histoire reste celle du coq du sommet de la flèche : porté disparu pendant plusieurs heures, il a été miraculeusement retrouvé à peine cabossé, dans les décombres !