>

“Nous espérons que la France atteindra le plus rapidement possible la maturité nécessaire pour…”, la réaction choc de la Turquie aux propos de Macron en Algérie

Crédit Photo : Le Parisien

Facebook
Twitter
WhatsApp

Suite aux propos d’Emmanuel Macron en Algérie le 26 août 2022, qui accusait la Turquie, la Russie et la Chine d’être à la source du ras-le-bol des Africains envers la politique française en Afrique, le gouvernement turc n’a pas tardé à réagir.

En effet, c’est à travers une déclaration du porte-parole du ministère des Affaires étrangères, l’ambassadeur Tanju Bilgiç, que la réponse a été envoyée à la France.

Voici l’intégralité de la déclaration

“Il est extrêmement regrettable que le président français, Emmanuel Macron, ait fait des déclarations visant la Turquie, ainsi que d’autres pays, lors de sa visite en Algérie. Il est inacceptable que le président français Macron, ayant du mal à affronter son passé colonial en Afrique, notamment en Algérie, tente de s’en débarrasser en lançant des accusations contre d’autres pays, dont la Turquie.

La Turquie, qui prône l’amitié plutôt que l’hostilité, et qui figure parmi les partenaires stratégiques de l’Union africaine, développe jour après jour ses relations avec l’Algérie et d’autres pays du continent africain. Ces relations, fondées sur la confiance mutuelle et le principe du gagnant-gagnant, progressent dans le respect de la volonté des pays eux-mêmes.

Si la France est d’avis qu’il y a des réactions contre elle sur le continent africain, elle devrait chercher la source de ces réactions dans son propre passé colonial et dans ses efforts pour poursuivre encore ces pratiques à travers les méthodes différentes, et elle devrait essayer de les réparer. Le fait de prétendre que ces réactions sont causées par les activités des pays tiers, plutôt que d’affronter et de résoudre les problèmes liés à son propre passé, c’est non seulement un déni des faits sociologiques et de l’histoire, mais reflète également la mentalité déformée de certains hommes politiques.

Nous espérons que la France atteindra le plus rapidement possible la maturité nécessaire pour faire face à son propre passé colonial sans accuser d’autres pays, y compris le nôtre”.