Nouvelles sanctions contre des entreprises russes et chinoises ; Washington s’explique

À ce rythme, la situation n’est pas prête de s’améliorer. Hier, vendredi 27 novembre, les autorités américaines ont une nouvelle fois imposé des sanctions à des entreprises chinoises et russes pour des livraisons dans le cadre du programme de missiles iranien, a indiqué le secrétaire d’État Mike Pompeo dans un communiqué de presse publié sur le site du département d’État américain.

« Nous avons imposé des sanctions contre Chengdu Best New Materials et Zibo Elim Trade en Chine, ainsi que contre Nilco Group, également connu sous le nom de Nil Fam Khazar et Santers Holding, et Elecon en Russie pour avoir transféré des technologies et des marchandises sensibles au programme de missiles iranien. 

Ces mesures font partie de notre réponse aux activités malveillantes de l’Iran », dit le message.

Ces sanctions contre trois entreprises russes et deux chinoises sont en vigueur depuis le 6 novembre, mais elles n’ont été annoncées que cette semaine. 

Comme l’explique le département d’État, elles ont été introduites conformément à la législation sur les sanctions en matière de non-prolifération visant l’Iran, la Corée du Nord et la Syrie.

Le secrétaire d’État a ajouté que ces sanctions sont imposées pour deux ans et incluent des restrictions sur les marchés publics américains, l’aide du gouvernement américain et les exportations.

L’ambassadeur russe aux États-Unis, Anatoli Antonov, a qualifié ces mesures de « geste discriminatoire » visant à «saper le potentiel économique des entreprises russes».

Selon lui, « ces actions sont illégitimes, car aucun pays n’a le droit de restreindre la coopération en matière de commerce et d’investissements entre la Russie et d’autres membres de la communauté internationale».

« Nous appelons nos partenaires américains à abandonner la pratique vicieuse des accusations sans fondement. Nous pensons que les méthodes politiques et diplomatiques devraient servir d’alternative aux menaces et au chantage », a ajouté le diplomate.

Avec Sputnik

Plus d'articles
Klopp : « Je ne joue pas à des jeux d’esprit comme Alex Ferguson »