>

Obsèques d’Elizabeth II : l’homme qu’elle a choisi pour l’accompagner dans son dernier voyage

Partager l'article

Facebook
Twitter
WhatsApp

Pour beaucoup, le sentiment d’incrédulité persiste depuis l’annonce solennelle, le jeudi 8 septembre dernier de l’annonce de la mort de la reine Elizabeth II. En fin de matinée les médecins royaux d’ordinaire peu enclins à s’exprimer sur la santé de la monarque avaient révélé que cette dernière était dans un état jugé « préoccupant ».

Quelques heures plus tard à peine, un journaliste de la BBC vêtu et cravaté de noir, comme l’exige le protocole, annonçait le décès de la monarque à Balmoral. Après un voyage jusqu’à Edimbourg et la cathédrale Saint Giles où ses quatre enfants ont encerclé son cercueil lors d’une bouleversante et historique veillée des princes, le corps d’Elizabeth II a été rapatrié à Londres. Après une bouleversante procession entre Buckingham et Westminster Hall, le cercueil plombé de la reine a fait une halte afin que les centaines de milliers de Britanniques qui souhaitaient le faire, puissent lui rendre hommage. Mais en ce 19 septembre l’heure des adieux a définitivement sonné. Les portes de Westminster Hall ont été refermées tandis que se profilent désormais des funérailles royales préparées depuis 60 ans par la monarque en personne.

Le Parisien de ce 19 septembre révèle de nombreux détails concernant cette cérémonie qui sera filmée et qui pourrait – c’est vertigineux – attirer près de 4,5 milliards de téléspectateurs. Pour l’occasion, le sol de l’abbaye de Westminster a été épousseté et couvert d’une épaisse moquette longue de 1500 m2. Si le secret est gardé sur la tenue choisie pour l’enterrement d’Elizabeth II, on sait toutefois que la monarque avait émis le souhait de partir avec une paire de boucles d’oreilles et son alliance.

La reine a choisi pour cette cérémonie qu’elle ne voulait « ni longue, ni ennuyeuse » les prières et les chants. La monarque avait également exprimé un autre voeu, celui d’être accompagnée tout au long de cette journée par son joueur de cornemuse personnel. Comme le révèle le quotidien, à Buckingham, Windsor ou Balmoral, la reine tenait en effet à être réveillée chaque matin au son de la cornemuse. Paul Burns qui s’avère être le 17e joueur entré à son service est celui qui a joué sous ses fenêtres le jour de son décès. Il est donc celui qui interprètera aujourd’hui la complainte finale du service religieux de Westminster.

D’autres moments d’intense émotion attendent ceux qui vont assister aux adieux à la reine. A Windsor, la couronne, le sceptre et l’orbe seront ôtés du cercueil et le Lord Chamberlain suivra la séculaire tradition qui veut que soit brisée, sur la tombe, la canne blanche symbolisant la fin de son règne. Après quoi Elizabeth II reposera auprès de ceux qu’elle a tant chéris, ses parents, sa soeur la princesse Margaret et son époux Philip. Après 70 ans de règne, enfin le repos.

2021 © L-FRII MEDIA