Comme pour « en main propre », on se demande si la locution « de toute façon » ne doit pas prendre un « s » et s’écrire « de toutes façons ». Comme d’habitude avec la langue française, il y a débat et la manière d’écrire évolue avec le temps. On vous explique les tenants et les aboutissants dans cet article.

On écrit « de toute façon » ou « de toutes façons » ?



On écrit généralement « de toute façon » : malgré des avis divergents (voir plus loin), c’est la forme au singulier qui est la plus utilisée aujourd’hui, on écrira donc « de toute façon » sans « s ». Christian Godin, dans La Totalité dégage une explication à cette préférence du singulier :

Dans l’expression pour tout, suivie d’un nom, tout signifie seul, unique. On peut signifier la même chose par le singulier distributif et par le pluriel collectif, et même dans l’usage courant le singulier tend à prévaloir : « toute affaire cessante », « en tout cas », « en toute chose », « tout compte fait », « de tout côté », « de toute façon », etc.

Christian Godin, La Totalité, vol. 1 : De l’imaginaire au symbolique, Éditions Champ Vallon, 1998

Il y a cependant des avis contraires, préférant la forme « de toutes façons » avec un « s ». Goncourt écrira dans son Journal la forme au pluriel en y ajoutant l’article « les » : « C’est un feuilleton parlé et déclamé, le pot-pourri de toutes les façons d’éloquence, de l’orateur de chaire et du comédien. » Plus tard, Vladimir Jankélévitch écrit aussi « Que nous importe que l’on pratique parce qu’on a la foi, ou par amour des cathédrales, ou pour donner l’exemple de l’ordre, ou pour rendre inutile le socialisme, si c’est pour aboutir de toutes façons à l’Église en tant qu’institution? »

Aujourd’hui, certains dictionnaires comme Le Larousse proposent les deux formes alors que le Petit Robert n’évoque que « de toute façon ». Il est donc tout à fait possible d’écrire « de toutes façons » avec un « s ».

Exemples :

Ce sont les détentes qui de toute façon étaient nécessaires.

Montherlant, Le Démon du bien, 1937

Tu as fait quelque chose qui me semble bien (…) difficile (…). C’était de gagner de l’argent à Rouen, de te faire bien voir des parents, des instituteurs, des sheiks de toute façon et de toute farine…

Flaubert, Correspondance, 1855

Si cette absence ne pèse pas trop sur Huawei en Chine, où les services du géant américain sont de toute façon interdits par le Parti communiste, elle contraint, sur les autres marchés, beaucoup de clients à se tourner vers des concurrents pour ne pas perdre leur accès à Gmail, YouTube, Google Maps ou aux jeux du Play Store de Google.

Les Echos, Les profits de Samsung sont divisés par deux mais c’est une bonne nouvelle, 8 octobre 2019

On est une entreprise qui de toutes façons est dimensionnée pour offrir dans la durée une croissance et des rendements stables.

BFM TV, Privatisation de la FdJ, « une opération populaire », souligne sa PDG Stéphane Pallez, 8 octobre 2019

La distinction entre « de toutes les façons » et « de toute façon »

L’Académie française opère dans son dictionnaire de 1835 une distinction entre « de toutes les façons » et « de toute façon ». Le premier peut être remplacé par « de toutes les sortes » et le second par « quoiqu’il en soit, de n’importe quelle manière ». Leur sens serait donc différent !

Exemples :

  • On peut cuisiner les pâtes de toutes les façons (on peut dire : « on peut cuisiner les pâtes de toutes les sortes »)
  • De toute façon, je ne pourrai pas venir ce soir (on peut dire : « Quoiqu’il en soit, je ne pourrai pas venir ce soir »)

L’usage de « de toute façon » est plus populaire

Si on analyse les données de Google Ngram qui comptabilise les occurrences des trois formes dans la littérature, on voit que « de toute façon » est bien plus utilisé et que la forme au pluriel tend à décroître.

Vous savez désormais qu’on privilégiera le singulier même s’il est possible d’écrire « de toutes (les) façons ».

lalanguefrançaise.com