Au cours d’un point de presse, le porte-parole de la police métropolitaine de Kampala (Ouganda), Patrick Onyango, a déclaré que la production, la vente et la consommation d’alcool en sachet plastique est désormais interdite. 

Dans le dernier rapport mondial de l’OMS sur l’état de l’alcool en 2018, l’Ouganda se classait au septième rang des pays d’Afrique pour ce qui est du taux de consommation d’alcool. De même, 21 % des Ougandais s’adonnent à la consommation occasionnelle d’alcool, selon l’OMS.



En effet, les populations sont confrontées au marketing agressif des sociétés qui produisent et distribuent ces spiritueux en sachet, dont la composition est incertaine et l’origine douteuse. Si les breuvages en question ont tous l’apparence du whisky, ils sont loin d’en avoir les qualités. Rien sur l’emballage n’indique le degré d’alcool par volume, pas plus que les ingrédients utilisés ni comment il a été distillé.

Le gouvernement a demandé aux producteurs d’alcool d’installer des machines pour la mise en bouteilles de l’alcool en quantités supérieures à 200 millilitres. Les entreprises qui ne respecteraient pas cette interdiction seront fermées.

L’Ouganda n’a pas de politique nationale écrite sur l’alcool. Toutefois, le gouvernement affirme qu’il travaille également à l’élaboration d’une loi pour réglementer l’alcool fait maison.