Pédophilie : 2 prêtres condamnés à plus de 40 ans de prison en Argentine

La lecture du verdict était très attendue lundi à Mendoza. Les prêtres Horacio Corbacho (59 ans) et Nicola Corradi (83 ans) ont été condamnés respectivement à 45 et 42 ans de prison pour viols et corruption de mineurs, entre autres.

Togo : des élèves de la région des Plateaux sensibilisés sur la procédure Campus France

Armando Gomez, un ancien jardinier de l’institut Provolo, devra également purger 18 ans de prison pour viol. Un servant de messe, qui avait reconnu avoir agressé sexuellement cinq élèves de l’institut Provolo, avait été condamné l’an dernier à dix ans de prison dans un procès antérieur.

WhatsApp prépare cette nouvelle fonctionnalité de suppression de messages

Cette affaire de pédophilie dans l’Église est l’une des plus graves qu’ait connue l’Argentine, le pays du pape François. Durant des années, une dizaine d’enfants sourds qui étudiaient à l’institut Provolo ont été agressés sexuellement et violés par les responsables de cet établissement catholique spécialisé. Ces jeunes Argentins, souvent d’origine modeste, passaient la semaine en internat avant de rentrer chez eux le week-end.

L’affaire Provolo avait éclaté en 2016, à la suite de plusieurs témoignages glaçants d’élèves et d’anciens élèves. Le scandale avait entraîné la fermeture de l’institut.

Les victimes et leurs familles dénoncent le fait que Nicola Corradi, l’un des prêtres condamnés, avait déjà été soupçonné d’actes de pédophilie au sein de l’institut Provolo de Vérone, en Italie, sans jamais être inquiété par la justice ni écarté de ses fonctions par le Vatican.

Togo : le Palais de Lomé ouvert au public

À Mendoza, l’affaire Provolo ne s’arrête pas là : deux nouveaux procès doivent s’ouvrir prochainement pour juger une quinzaine d’autres personnes, parmi lesquelles deux religieuses. L’une d’entre elles est notamment accusée d’agression sexuelle.

Avec RFI

Plus d'articles
[Photo] Christian Estrosi et Laura Tenoudji : en maillot de bain, ils affichent leur amour sur le web