Pédophilie : le Cardinal George Pell condamné à 6 ans de prison pour abus sexuels

Le cardinal australien George Pell (photo), ancien numéro trois du Vatican tombé en disgrâce, a été condamné mercredi pour pédophilie à six ans de prison, avec une peine minimum de trois ans et huit mois. Fin février, le Vatican avait annoncé l’ouverture d’une enquête interne qui pourrait aboutir à son exclusion de l’Eglise.

Le juge Peter Kidd a déclaré au tribunal de Melbourne qu’il avait tenu compte des « crimes odieux » commis par le prélat de 77 ans pour rendre sa sentence mais aussi de son âge avancé, et du fait qu’il avait « par ailleurs mené une vie irréprochable ».

Lire aussi : Togo-Fonction publique : ouverture d’un concours de recrutement de 1552 agents

Plus haut représentant de l’Eglise catholique jamais reconnu coupable de viol sur mineur, il risquait jusqu’à 50 ans de réclusion criminelle pour avoir agressé deux enfants de choeur à Melbourne en 1996 et 1997.

« Pas là pour juger l’Eglise catholique »

Le cardinal « a droit à une justice équitable et constante », a lancé à l’audience le juge Peter Kidd, regrettant la « mentalité de meute » d’une partie de l’opinion publique. « Vous ne devez pas servir de bouc émissaire », a-t-il ajouté. « Je ne suis pas là pour juger l’Eglise catholique », a encore souligné le magistrat, martelant que seul l’examen des faits comptait.

Lire aussi : Togo-Abu Dhabi : l’agriculture et l’énergie solaire au centre des échanges du Président Faure Gnassingbé ce mardi 12 mars

Le juge a énuméré avec force détails difficiles à entendre les crimes commis par le prélat, expliquant qu’ils avaient une des répercussions « profondes » et « durables » sur une victime encore en vie aujourd’hui et probablement sur l’autre, décédée par la suite d’une surdose d’héroïne.

George Pell, qui clame son innocence et a fait appel de sa condamnation, été reconnu coupable en décembre de pénétration sexuelle et de quatre chefs d’attentat à la pudeur contre les deux adolescents alors âgés de 13 ans. Mais ce verdict n’a pu être annoncé que fin février pour des raisons juridiques.

Plus d'articles
Aliko Dangote : le cri de détresse de son ex-maîtresse ; « Ils me traquent 24h sur 24h »