La section togolaise de l’Union internationale de la Presse Francophone (UPF) se fixe de nouveaux objectifs. Elle a organisé ce lundi 22 juillet 2019 à Lomé, une conférence de pré lancement de l’opération baptisée « Mon Sang Pour une Vie ».

Lire aussi : Togo : le Système d’Echanges d’Energie Electrique Ouest Africain de la CEDEAO recrute (22 juillet 2019)



Cette opération, organisée en collaboration avec le Centre nationale de transfusion sanguine (CNTS) et le Syndicat national des journalistes indépendant du Togo (SYNJIT), se veut une campagne de sensibilisation sur le don de sang au Togo. Elle concernera fondamentalement les journalistes des médias publics, privés et des représentants de la presse internationale.

« C’est un cri d’alarme qui invite ces hommes de médias à faire preuve de sympathie et de bonne foi en donnant de leur sang pour sauver des vies », a confié l’organisation.

Cette campagne de collecte de sang se déroulera en deux phases. La première est prévue sur le samedi 3 août 2019 au Centre national de transfusion sanguine (CNTS) de Lomé, sis au quartier Doumasséssé à 10 h 00. Elle est principalement consacrée aux professionnels des médias.

Lire aussi : Togo : début des grandes vacances pour les élèves

À en croire les mots du bureau de l’UFP, « Il s’agit pour les journalistes de donner un bon exemple aux populations, en participant massivement à cette opération “Mon sang pour Une Vie”, mais aussi à vulgariser partout et ailleurs, la nécessité de faire le don de sang », a laissé entendre M. Loic Lawson, président de l’UPF Togo.

Par ailleurs, la deuxième phase de l’opération s’adresse à tous les compatriotes sur toute l’étendue du territoire, et vise à atteindre « 100 mille poches de sang pour le Togo » dans les jours à venir. C’est une campagne qui consistera à amener les Togolais des villes, des villages et des hameaux même les plus reculés, à donner leur sang pour sauver des vies.

« Pour le premier semestre de l’année, plus de 18 000 poches de sang ont été épuisées par la CNTS de Lomé, alors que le besoin actuel par an en terme de sang s’élève à 70 000 poches. Il se pose alors un manque criard de poches de sang », soulève Dr Nadir Liza, représentante du Centre national de transfusion sanguine de Lomé.

« Le malheur ne prévient pas », dit-on souvent. Afin de sauver la vie à des millions de personnes chaque année, il s’urge que chaque journaliste et professionnels de médias soit suffisamment mobilisés afin de répondre un tant soit peu aux besoins sanitaires en matières de sang.

Lire aussi : Togo : la BAD recrute pour ces 5 postes (22 juillet 2019)

Dès lors, la section togolaise de l’UPF invite les confrères journalistes à œuvrer efficacement à la réalisation et à la réussite de cette initiative à but humanitaire, mais aussi remercie vivement la population pour sa détermination et sa compréhension du concept.