Les membres du personnel du pétrolier grec, Elka Aristote, enlevés au large des côtes du Togo ont été libérés par leurs ravisseurs, a annoncé vendredi l’armateur du navire.


Selon European Products Carriers Ltd, les trois hommes libérés « sont sains et saufs, ont passé des contrôles médicaux et sont actuellement débriefés par les autorités locales avant de retourner chez eux aux Philippines, en Grèce et en Géorgie ».

Voici pourquoi la France a abandonné son don de bateaux aux gardes-côtes libyens

L’un des otages, de nationalité philippine, est décédé en captivité des suites d’une maladie qu’il aurait contractée.

« C’est toutefois avec une grande tristesse que les dirigeants doivent confirmer que le quatrième membre d’équipage, un ressortissant philippin, enlevé et retenu en otage, est décédé » , a indiqué la compagnie dans un communiqué.

Togo : L’Europe s’offre aux étudiants de l’Université de Lomé

« Une enquête approfondie est en cours, mais il semble que son décès ne soit pas dû à des actions des preneurs d’otages mais à une maladie » , a-t-elle ajouté.

Aucun autre détail n’a été donné sur les circonstances de la libération. Le pétrolier a été attaqué le 4 novembre 2019 à environ 18 km (11 miles) du port de Lomé.

Nigeria : Un homme fait garder sa maison par un lion

Des “individus armés” ont pris d’assaut le pétrolier Elka Aristote à une dizaine de milles marins au large des côtes de la capitale Lomé, malgré la présence d’agents de sécurité, avait annoncé la marine togolaise.

*Image d’illustration