Polémique aux USA : les transgenres bannis des sports féminins dans le Dakota du sud

Que des femmes transgenres, donc hommes biologiques, participent à des compétitions sportives féminines, la gouverneure de l’État américain du Dakota du Sud ne le conçoit pas du tout.

«Nous célébrons la Journée internationale des femmes en défendant le sport féminin», a déclaré Kristi Noem lundi sur Twitter, quelques minutes après l’adoption par le Sénat du Dakota du Sud du projet de loi interdisant leur participation aux compétitions féminines. «Je suis ravie de signer ce projet de loi très bientôt.»

Pour les partisans, rapporte Sputnik, il s’agit d’un moyen de «promouvoir l’équité dans le sport féminin». Mais il y a des réfractaires. Au nombre, le sénateur républicain VJ Smith qui a qualifié cette mesure de «politique» qui entraînerait l’État dans une bataille juridique imminente. «La décision sera prise par la cour fédérale», a déclaré M.Smith, cité par Associated Press.
La Human Rights Campaign, qui défend les droits LGBTQ, a pour sa part critiqué Kristi Noem pour avoir approuvé le projet de loi en question. «Les filles trans et leurs familles sont vos électeurs», souligne le groupe sur Twitter. «Vous utilisez votre pouvoir pour exclure les enfants et les faire se sentir inférieurs, et il n’y a pas de quoi être fier.»

La semaine dernière, un comité sénatorial à majorité républicaine avait rejeté le projet de loi estimant que son adoption soulèverait un large éventail de problèmes pour l’État, notamment des contestations juridiques pour discrimination. Mais d’autres législateurs républicains ont relancé le projet au Sénat et l’ont adopté lundi, relate CBS News. Selon eux, permettre aux femmes transgenres de jouer dans des ligues sportives féminines désavantage les autres femmes.

 

Plus d'articles
Les filles prennent le pouvoir