>

Polémique : Calixthe Beyala, véritable autrice de “Revenge Porn” de Nathalie Koah ? L’écrivaine réagit

Facebook
Twitter
WhatsApp

Le livre “Revenge Porn” est au cœur d’une grosse polémique. Qui de Calixthe Beyala et Nathalie Koah en est la véritable autrice ? Selon la première, il y a des années qu’elle est accusée de l’avoir écrit.

Fatiguée de ces rumeurs, l’écrivaine camerounaise a brisé le silence une bonne fois pour toute le lundi 22 août 2022 : “Je n’ai pas écrit le livre de Nathalie Koah intitulé Revenge Porn. Cela fait des années qu’on m’accuse de l’avoir fait. Je ne connais pas Nathalie Koah ! Je ne l’ai jamais vue ! Je n’ai jamais eu le moindre contact avec elle”, écrit-elle.

“Une imitation féroce de mon style littéraire jusque dans la respiration”

“Qu’est-ce qui donne l’impression que c’est moi qui ai écrit ce livre ? Je peux comprendre. Il y a une imitation féroce de mon style littéraire jusque dans la respiration, dans le rythme, dans les mots, certains parleraient de plagiat ce qui ne me pose aucun problème, car quelqu’un qui s’essaie à l’écriture doit fonctionner d’abord par mimétisme. Je n’ai jamais voulu répondre à cette accusation si fausse, par respect pour ma personne, pour la jeune sœur aussi.»

“Lorsqu’on est célèbre, on est toujours le plus grand perdant “

“Puisque la bêtise insiste, alors je dis : je ne connais pas Nathalie Koah. Que le style littéraire qui m’est propre a juste été imité, point ! Par contre je connais Samuel Eto’o Fils ! J’ai eu à déjeuner avec lui dans un restaurant parisien.

Je l’ai mis en couverture de mon livre sur le football camerounais, paru chez Alban Michel ! Il m’avait téléphonée lors de la Koahgate, je lui avais demandé d’étouffer l’affaire, car lorsqu’on est célèbre, qu’on a un nom, on est toujours le plus grand perdant dans ce type de scandale, il ne m’avait pas écoutée. Voilà, c’est tout.

Ceci étant, ce n’est que la deuxième fois qu’on m’octroie la paternité d’un livre que je n’ai pas écrit. Il y eut “Et si l’Afrique refusait le développement” qui me fut attribué. Je me faisais agresser partout alors même que je n’en connaissais pas le contenu ! Tant pis ! On ne prête qu’aux riches !”