Portrait de Chantal Donvidé, fondatrice de ‘’Aklala Batik’’ à Kpalimé

Chantal
Chantal Donvidé, Aklala Batik

Que ce soit dans l’artisanat, le social business, le social, les services ou leur engagement sur des causes nobles, elles ont montré leur inventivité et opiniâtreté face aux sexismes et difficultés rencontrés sur le parcours. Portrait des trois femmes nominées pour le prix ‘Ambassadrice Vlisco 2015’.

C’est en 2007 que, le cap de la trentaine passé, Chantal Donvidé a créé ‘Aklala Batik’ (le 3 juin plus précisément), une marque spécialisée dans la fabrication de tissus batiks, vêtements, sacs, accessoires d’intérieur, bijoux… Rien de plus normal quand on sait que Chantal Donvidé, 39 ans, est originaire d’Agomé-kpalimé (une région touristique du Togo) et l’aînée d’une fratrie de sept (7) enfants dans laquelle l’art occupe une place importante (Père Towena Augustin Donvidé, initiateur et fondateur de l’actuel Centre Artisanal de Kpalimé et la mère Agnès Lougoui, couturière).

La création de ‘Aklala Batik’ en 2007 est l’aboutissement d’un long parcours. Tout a commencé en 1999 lorsqu’ayant des problèmes de santé, les soignants lui avaient interdit le pédalage de sa machine à coudre alors qu’elle était couturière de profession et de formation.

Obligée de rester couchée chez elle pendant des mois et ses apprenties livrées à elles-mêmes, elle décida de suivre une formation en fabrication de batik (module de courte durée), financée par la Fondation Hanns Sidel avec pour objectif de : «  Confectionner les tissus batiks que les apprenties commercialiseraient et ainsi vivre dignement de leurs revenus ».

 Pari gagné puisqu’après la formation, ‘Aklala Batik’ est devenu un centre de formation pour la confection des tissus batiks, vêtements, sacs et autres accessoires. Mais, tout ne fut pas rose aux débuts de cette entreprise à cause des difficultés financières et de commercialisation des produits fabriqués.

1
Produit fabriqué à ‘’Aklala Batik’’

Commencez petit et rêvez grand ! Les fonds de démarrage de ‘Aklala Batik’ s’élevaient à 20.000 francs CFA, reliquat des frais de formation en couture d’une jeune dame chez Chantal Donvidé. « A partir de ces 20.000frs, j’ai commencé une activité commerciale dont les bénéfices ont été utilisés pour l’impulsion de ce qui est devenu ‘Aklala Batik’ aujourd’hui ». Selon Chantal, nous pouvons démarrer avec très peu et réussir. «  Mon expérience me fait dire qu’avec très peu, une femme peut s’en sortir. Et donc, depuis ce moment, je suis profondément engagée dans le micro crédit pour les femmes. Je leur fais de petits prêts et grâce à cela, elles deviennent autonomes. Et je suis fière de dire que cela marche ! »

Forte de son expérience personnelle, selon Chantal, « Le FNFI, Fonds National de la Finance Inclusive est une bonne initiative de l’état togolais, car avec mon expérience de 20.000 francs, c’est clair que les autres femmes aussi peuvent s’en sortir avec peu, en s’armant d’un peu d’imagination comme moi».

0
Produit fabriqué à ‘’Aklala Batik’’

L’appui de NEST dans l’évolution d’ ‘Aklala Batik’. ‘Aklala Batik’ a par la suite reçu un appui financier de NEST, une organisation à but non lucratif spécialisée dans l’accompagnement d’artisans prometteurs pour promouvoir la paix et la prospérité à travers le développement de projets pérennes (http://www.buildanest.org). Ce partenariat a permis d’acheter des produits de base batik et de différents matériels. Cet appui était basé sur le principe du microbattering (un prêt remboursé à partir des produits fabriqués pour la valeur du prêt).

L’appui de NEST ne s’est pas limité au financement, mais aussi à des formations en gestion commerciale et planification ayant permis une bonne gestion du fond et ainsi faire fructifier les gains et honorer des commandes qui venaient de toutes parts compte tenu de la qualité des produits fabriqués à ‘Aklala Batik’.

3
Produit fabriqué à ‘’Aklala Batik’’

 Les préalables pour un leadership féminin dans la famille, l’entreprise, la communauté et l’autonomie financière de la femme. Pour Chantal Donvidé, mariée et mère de 4 enfants, ces préalables se résument en quatre points : « Le premier trouve sa source dans l’éducation de la fille. Les parents ou tuteurs doivent faire comprendre très tôt à leur fille que leur vision de son futur est d’avoir un bon travail, une bonne place dans la société, et ce, par son travail et non pas en ayant un bon mari ! 

Le second, consiste pour toutes femmes et jeunes filles de savoir que rien n’est impossible du moment où on a la volonté. Il faut qu’elles soient persévérantes en toute chose.

Le troisième appelle les parents et surtout la mère, à montrer le bon exemple à leur fille en étant actifs, autonomes et indépendants avec pour règle, l’éviction de la facilité.

Enfin, croire en elles-mêmes

awep2012
Chantal Donvidé (2ème à droite supérieure en bleu) pose avec les autres participantes de l’AWEP 2012 avec Hillary Clinton (centre) à Washington DC le 14 Juin

 Une Manageuse qui a toujours su venir en aide aux personnes vulnérables. Piquée très tôt par l’envie de venir en aide aux filles, femmes et orphelin(e)s en difficultés après avoir été marquée par le sort de l’une de ses premières apprenties sortie de la détresse. Pour Chantal Donvidé, « Aider les autres me donne énormément de plaisir et mes parents m’y ont toujours encouragée. Même aujourd’hui encore, quand je vais partager des fournitures scolaires dans les écoles ou orphelinats, mon père y participe financièrement et m’accompagne souvent. »

 Se plier comme le roseau face aux vents pour ne pas se rompre. Malgré les difficultés rencontrées, Chantal a su s’adapter et en tirer meilleur parti. A la question suivante « Au regard du chemin parcouru, quelles sont ces qualités  qui constituent le moteur vous permettant de braver les défis et aller de l’avant ? », Chantal répond : « Je pense que j’ai une grande souplesse d’esprit. Parfois, il faut savoir contourner les difficultés, ‘plier sans casser’ et utiliser son intelligence à la place de la force. Je suis aussi très persévérante et un échec ne m’arrête pas. Quand j’ai un objectif en tête, rien ne peut m’en détourner

 Nomination pour le « Mois de la Femme de Vlisco ». Pour celle qui a fait partie des 47 femmes entrepreneuses choisies en Afrique de l’Ouest en 2012 pour participer à la conférence du Programme d’Entrepreneuriat des Femmes Africaines (New York, Californie, Washington D.C et de l’Ohio), une initiative du Département d’Etat Américain et auréolée de nombreux prix à l’étranger (Etats-Unis, Afrique du Sud…), « cette reconnaissance au plan national me fait chaud au cœur ! ».

Le message qu’elle voudrait adresser à la gent féminine en ce moment est le suivant : « Je voudrais dire aux filles et aux femmes qui sont artisanes qu’elles ne doivent jamais baisser les bras dans leurs efforts quotidiens pour atteindre leurs objectifs.Je leur dirai qu’il n’y a qu’une façon d’échouer, c’est d’abandonner avant d’avoir réussi. Donc, qu’elles continuent encore et encore, la réussite est au bout du chemin ! »

 Chantal Donvidé compte continuer sur sa lancée d’entrepreneuse épanouie, et créer un centre de formation pour les jeunes filles sur un nouveau terrain qui a déjà été acheté. Notre équipe lui adresse ses vives félicitations et lui souhaite le meilleur pour l’avenir !

 Contactez Mme Chantal Donvidé,

Mail : [email protected]

Téléphone : 91 74 18 85

Plus d'articles
LDC / FC Barcelone : Gérard Piqué se prononce après la défaite de son club