in ,

Pour avoir espionné son ex, il risque 3 ans de prison ferme

Nous sommes le 5 juillet 2018 à Lorient, en Bretagne (France). Pendant qu’une dame de 33 ans exécutait sa tâche quotidienne, elle voit son pneu crevé. Mais en tentant de changer sa roue, cette femme remarque un fil qui pendait sous son véhicule. En tirant dessus, elle découvre un voyant lumineux qui clignote. Après une brève analyse, elle se rend compte qu’il s’agit en réalité d’une balise de géolocalisation.

La trentenaire a porté plainte auprès de la police locale. Les enquêtes qui s’en sont suivies privilégient dans un premier temps, la piste d’un espionnage professionnel.

Espionner, ex, prison, En effet, la victime travaille dans un établissement où ses tâches quotidiennes l’obligent parfois à transporter des sommes d’argent jusqu’à la banque.

Mais, après enquête, les policiers découvrent que c’était son ex-compagnon qui l’espionnait depuis août 2017, soit quasiment depuis presqu’un an.

Interpellé et placé en garde à vue quelques jours après, le suspect, explique qu’il était jaloux et qu’il voulait tout le temps savoir où se trouvait son ancienne concubine.

Le suspect se donne la peine de recharger la batterie de l’appareil qui coûte 30 euros en pleine nuit.

L’amoureux ingénieux, désormais suspect d’espionnage, sera jugé en décembre prochain pour atteinte à la vie privée. Il risque jusqu’à trois ans de prison.

Midodzi AZIATO




Ad Banque Atlantique

« Dans une finale de Coupe du monde, on n’accorde pas ce genre de penalty », confie Zlatko Dalic, sélectionneur de la Croatie après la défaite face à la France

La BAD recrute

La BAD recrute