Présidentielle américaine : Kanye West reçoit un soutien de taille

Une bonne nouvelle vient apaiser la tempête qui souffle depuis un certain temps sur la candidature de Kanye West. Le rappeur a décroché un soutien de taille chez les Républicains américains les plus conservateurs : celui de Tucker Carlson. Ce présentateur-vedette de Fox News se reconnaît presque entièrement dans le programme proposé par le rappeur. 

 

Élection à la FIF : le verdict est tombé pour Didier Drogba !

Le journaliste politique estime même que personne d’autre que Kanye West « n’a été plus honnête ou sincère ou efficace sur les questions fondamentales conservatrices », et ce, « depuis plusieurs générations ».
S’il s’est penché du côté du rappeur, c’est notamment à cause de sa prise de position anti-avortement, tout d’abord, et aussi son point de vue sur la religion. « Et c’est là que vous vous demandez pourquoi aucun Républicain élu n’a un tel discours », ajoute Tucker Carlson, qui avance que la plupart ont « peur » de parler des sujets sensibles.
Tucker Carlson va même plus loin. Il laisse entendre que la bipolarité de Kanye West est montée de toute pièce par le camp Démocrate.

Un nouveau milliardaire rejoint la liste des personnes les plus riches au monde

 

« Il y a à peine plus de quatre ans, ils ont publié un article sur Kanye West, mettant en avant ses moments les plus célèbres comme lorsqu’il a interrompu Taylor Swift… CNN décrivait tous ces incidents comme “controversés”, il n’était pas fait mention que Kanye West était un danger pour lui-même, pas plus qu’il n’avait une maladie mentale, simplement controversé. Et dès qu’il a dit quelque chose de positif sur Donald Trump, tout a changé en un instant », a-t-il ajouté.

Coups de feu près de la Maison-Blanche : Melania Trump a déjà fait ses valises

 

Pour rappel, Kanye West a annoncé lui-même souffrir de troubles bipolaires dans son album Ye, sorti en juin 2018, deux ans après avoir été hospitalisé en unité psychiatrique. En octobre 2018, le rappeur était reçu par Donald Trump, qu’il surnommait son « frère », à la Maison Blanche.

Plus d'articles
Les-principaux mythes sur l’alcool corriges par un médecin