>

Procès Bernard Laporte : voici la grosse peine requise contre le patron du rugby français

Partager l'article

Facebook
Twitter
Email

Il y a deux ans, presque jour pour jour, Bernard Laporte était placé en garde à vue. Le mardi 22 septembre 2020, le président de la Fédération Française de Rugby était entendu par la Brigade de répression de la délinquance économique dans une affaire de conflit d’intérêts remontant à 2017. En cause : sa demande à la commission d’appel de la FFR d’adoucir une sanction contre le club Montpellier Hérault Rugby, appartement à l’homme d’affaires Mohed Altrad.

Homme d’affaire avec lequel le président de la FFR serait lié par un contrat : contrat d’image conclu en 2017 pour 180 000 euros entre BL Communication, société de Bernard Laporte et Altrad Investment Authority, de Mohed Altrad, a révélé l’enquête qui a débuté en 2018.

Depuis une semaine, le procès de Bernard Laporte, de Mohed Altrad ainsi que de trois autres hommes influents du monde du rugby pour trafic d’influence, corruption, prise illégale d’intérêts et abus de bien social, se tient au parquet national financier de Paris. Mardi 20 septembre, le procureur du parquet François-Xavier Dulin a donné ses réquisitions. Et il a demandé trois ans d’emprisonnement, dont deux ans avec sursis, ainsi que 50 000 euros d’amende contre le président de la Fédération Française de Rugby. L’homme d’affaires, lui, risque la même peine de prison, et une amande de 200 000 euros. François-Xavier Dulin a également demandé « une interdiction avec exécution immédiate d’exercer toute fonction dans le rugby pendant deux ans » pour Bernard Laporte et Mohed Altrad.

« Oui, les réquisitions sont lourdes. Mais à la mesure de l’absence complète de remise en cause des prévenus, de la durée et de la gravité des infractions », a indiqué le procureur. Bernard Laporte n’a pas réagi aux réquisitions du procureur. « On reste zen », a déclaré son avocat Jean-Pierre Versini-Campinchi, à RMC Sport. « Nous savons que les infractions n’ont pas été commises et je pense que les avocats vont démontrer que les infractions, notamment les plus infamantes que sont la corruption, ne sont pas commises. » Il est ainsi certain que le tribunal « ne va pas suivre le raisonnement du parquet », rapporte Voici.

2021 © L-FRII MEDIA