in ,

Professeur d’histoire décapité : La France va expulser 231 étrangers fichés S

Mesure forte après la décapitation du professeur d’histoire à Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines), Samuel Paty, le vendredi dernier par un étranger fiché S. Alors que le président Macron présidait, dimanche soir, un Conseil de défense pour préparer de nouvelles mesures après l’attentat islamiste, Gérald Darmanin prend les devants.

Selon une information d’Europe 1 confirmée par franceinfo, le ministre français de l’Intérieur, Gérald Darmanin, va demander aux préfets d’expulser 231 étrangers en situation irrégulière et fichés pour radicalisation à caractère terroriste.

Parmi ces 231 étrangers, 180 sont actuellement incarcérés et 51 autres qui sont en liberté vont être interpellés, a confirmé une source proche du dossier à franceinfo.

Le ministre de l’Intérieur s’est d’ailleurs rendu au Maroc dans la semaine pour demander au gouvernement marocain de récupérer neuf de ses ressortissants radicalisés en situation irrégulière. Ce voyage du ministre au Maroc était prévu depuis longtemps mais l’annonce de ces expulsions a été précipitée par l’attaque de Conflans-Sainte-Honorine.

A l’issue de ce Conseil de défense dimanche soir, l’Elysée a fait savoir que le chef de l’Etat «a demandé qu’on passe rapidement à l’action et qu’on ne laisse aucun répit à ceux qui s’organisent pour s’opposer à l’ordre républicain». L’Elysée a aussi assuré qu’il y aurait un « renforcement de la sécurité des établissements scolaires à la rentrée ».

« Faire bloc, parler d’unité et de concorde, cela ne veut pas dire ne pas agir. On va continuer d’agir, avec le projet de loi contre le séparatisme, on va amplifier », a de son côté défendu le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal sur BFMTV, alors que l’exécutif est une fois de plus mis sous pression par cet attentat et des oppositions, en particulier à droite et à l’extrême droite, qui au-delà des manifestations et des hommages – un hommage national sera rendu mercredi a indiqué l’Elysée – exigent des actes.

Le Premier ministre, Jean Castex, a d’ailleurs promis dans le « JDD », une « stratégie de riposte encore plus ferme » et des « actes concrets » pour mieux protéger les enseignants. Et le projet de loi destiné à lutter contre le séparatisme et l’islam radical dont le chef de l’Etat a donné les grandes lignes début octobre aux Mureaux, pourrait être « complété, élargi, approfondi », selon l’entourage d’Emmanuel Macron. Voire accéléré, alors que sa présentation en Conseil des ministres est attendue le 9 décembre.




Fibre Nouveaux Quartiers


Ad Canal Box

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Cet aliment est bénéfique pour le système immunitaire, selon une nutritionniste

USA : un homme suspendu à la Trump Tower de Chicago menace de se suicider s’il ne parle pas au Président (vidéo)