Quand l’entretien d’embauche est trop facile les candidats sont plus enclins à refuser un job

Le cas n’est pas rare, ils sont près de 16,5% à rejeter l’offre d’embauche qui leur est faite, selon une étude Glassdoor. En cause : un entretien d’embauche trop facile, qui leur fait perdre tout intérêt pour le poste.

Des processus de recrutement trop longs font fuir les candidats, surtout en cette période où la guerre des talents est réelle. Mais si les entreprises optent pour des entretiens d’embauche légers, les conséquences risquent d’être aussi fâcheuses.

Emplois : voici les pays qui recrutent le plus les étrangers

Une proposition d’embauche sur six (16,5%) est rejetée par les candidats français, selon une étude réalisée par Glassdoor. Dans des secteurs en tension comme l’informatique, le marketing ou la finance, le taux de rejet est encore plus élevé puisque les candidats ont la possibilité de faire jouer la concurrence.

En se basant sur les avis d’entretien passés par 15.000 candidats français, il ressort que les candidats sont plus enclins à accepter la proposition d’embauche si les entretiens ont été difficiles. Les refus sont par exemple plus nombreux si les recruteurs ont fait appel à des tests de personnalité et de QI.

En quoi la qualité d’un entretien de recrutement peut peser sur la décision du candidat d’accepter ou non le poste ? La réponse tient dans l’attrait du challenge et la recherche de missions stimulantes. Un entretien facile laisse à penser aux candidats que le travail le sera aussi, sans possibilité d’évoluer et d’acquérir de nouvelles compétences.

Togo : le PNUD recrute (4 mars 2020)

Les candidats craignent également qu’un entretien sommaire reflète le niveau d’exigence de l’entreprise et qu’ils aient à côtoyer des collègues sans grande envergure. Ils s’inquiètent alors de ne pas pourvoir progresser en travaillant à leurs côtés.

Et puis, lorsque le processus d’entretien a été ardu, les personnes sélectionnées en retirent de la fierté et un sentiment d’accomplissement. Elles estiment que leurs compétences ont été appréciées à leur juste valeur.

Avec BFMTV

Plus d'articles
Covid-19 : voici la nouvelle application Google qui vous permet d’aider les chercheurs