in ,

‘Quand l’œil du corps s’éteint, l’œil de l’esprit s’allume’

‘Quand l'œil du corps s'éteint, l'œil de l'esprit s'allume’Tenter de trouver des voies et moyens devant permettre l’amélioration de la qualité de vie des enfants ayant une déficience visuelle.

Tel est l’objectif d’une rencontre qui réunit depuis ce lundi 30 novembre à Lomé, les cadres dirigeants des organisations impliquées dans la mise en œuvre du projet Kékéli-djama, pour la promotion du droit des personnes en situation de handicap.

Ce projet, débuté depuis 2012, a permis de former une cinquantaine de professionnels qui accompagnent ces déficients visuels dans le domaine de l’enseignement spécialisé, des nouvelles technologies de l’information et de la communication adaptées (…)  et surtout dans la transcription et l’adaptation des documents en braille,  a expliqué Sébastian Guégniard, formateur et administrateur du projet.

La Ministre en charge de l’Action Sociale, Mme Tchabignandi-Kolani,  lors de son allocution, en a  appelé à la sympathie de chacun à accorder plus d’attention aux enfants en situation de handicap visuel.

‘Le renforcement des capacités des professionnels intervenant dans ce domaine, et la mise en place d’une plateforme virtuelle sont les moyens les plus appropriés pour dissiper l’obscurité qui cache les réelles potentialités de ces enfants’, a-t-elle poursuivi.

‘Ils n’ont certes pas la capacité de tout voir, comme nous, mais je suis persuadée qu’ils ont tout en dehors de cela, et je pense que quand l’œil du corps s’éteint, l’œil de l’esprit s’allume’, a-t-elle ajouté.

Cette quatrième rencontre pour le compte de ce projet, enregistre des professionnels venus du Bénin, du Burkina-Faso, du Niger, du Mali, de la France et du Togo. Elle prend fin le vendredi prochain.

Firmine Mignanou



Les normaliens reprennent le chemin des cours

COP 21 : La Banque Mondiale a un plan