Quand un match de football vire à la catastrophe

Ce qui devait être une parenthèse de plaisir en pleine semaine, tel qu’est censé représenter un match de football amateur. La rencontre de 5e Ligue vaudoise entre la réserve de Chêne Aubonne et Echandens, jeudi, s’est finalement transformée en cauchemar. Et pour cause: au terme des 90 minutes, un joueur de la deuxième équipe citée a été violenté à la sortie des vestiaires.

Tout est parti de noms d’oiseaux échangés sur le terrain. Avec des joueurs de Chêne Aubonne mais aussi plusieurs supporters. L’entraîneur de la formation locale, qui souhaite rester anonyme, a été témoin de la scène. Il raconte: «Le match s’est parfaitement déroulé, avec un peu de tension, comme souvent en amateur, mais sans carton. En deuxième période, des supporters ont commencé à insulter ce joueur d’Echandens. Il est allé les voir à la fin pour s’expliquer mais ils ont été séparés et chacun est parti dans son coin. Cela a débordé après la douche. Des joueurs de chez nous, accompagnés des supporters, probablement des amis, l’ont attendu devant le vestiaire et l’ont frappé à sa sortie».

La victime glisse quelques détails: «On m’avait prévenu que des personnes attendaient devant le vestiaire mais je ne pouvais pas y croire. Quand je suis sorti, j’ai reconnu six joueurs adverses. Deux frères ont pris les devants et ont commencé à me frapper, puis un coéquipier est intervenu pour me défendre. J’ai baissé la tête pour esquiver les coups et à ce moment-là, les quatre autres, qui étaient restés en retrait jusque-là, se sont impliqués. J’ai reçu une pluie de coups de poings et de pied».

 

Sérieusement touché à la mâchoire, il s’est rendu à l’hôpital. Une semaine après les faits, ses blessures sont encore vives. «J’ai du mal à manger normalement et je prends des médicaments pour dormir», raconte-t-il. Davantage que physiques, ses douleurs sont psychologiques. «Ça fait 25 ans que je joue au foot et je n’ai jamais vu une telle chose. Je n’imaginais pas que cela m’arriverait. J’ai été vraiment surpris», confie-t-il. Le lendemain, il a même reçu des menaces sur son compte Instagram.

Celui qui, en parallèle, entraîne une équipe de jeunes à Echandens a été d’autant plus marqué que ses agresseurs lui rendaient une dizaine d’années. «Je ne veux plus rejouer en seniors, clame-t-il. Je vais me trouver une équipe de vétérans et basta».

Le joueur a porté plainte contre les deux frères, les premiers à être passés à l’acte.

Golden Tulip Ad

Togocom Night Gift

Togocom Night Gift
Plus d'articles
Un curé s’exhibe nu sur un site gay